Comme la foule fait froid, sept corps sont laissés nus dans scène, rappelant un paysage archétypal ou terriblement futuriste. L’écriture scénique est elliptique et dense ; il vise un “Rythme intérieur” qui culmine, à diriger progressivement les deux interprètes ainsi et le public dans le partenariat de musique du purgatoire et danse.

 

LA SUITE DE CET ARTICLE
EST RÉSERVÉE AUX ABONNÉ(E)S.
Découvrez les Offres :
Abonnement “Or”

Souscrire abonnement
Vous avez déjà les droits d’accès ? Se connecter

The post Voyage dans le but de purifier appeared first on .