23 octobre 2020

Randonue dans les calanques le 7 mai 2012

Organiser une randonnue dans les Calanques est relativement facile car les sentiers sont nombreux et certains sont difficiles d’accès. Cette difficulté, inhérente à ce massif, rebute nombre de randonneurs peu aguerris à l’effort physique, par conséquent, quelques sentiers sont encore très peu fréquentés, propices à notre art de vivre.Le souci majeur est de justement constituer un groupe homogène avec une bonne condition physique n’ayant pas peur du vertige.A contrario, avoir des participants qui n’ont pas vraiment l’habitude de randonner sur terrains accidentés et variés et qui ont, en plus, peur du vide, devient un vrai casse tête pour l’organisation.Réaliser un itinéraire facile, accessible à tous, peu fréquenté, proposant de belles vues panoramiques, est un ensemble de paramètres quasiment incompatibles.Comme ailleurs, un groupe nombreux, mixte, et si possible avec enfants, rend la démarche plus facile en cas de rencontres sur ces sentiers plus fréquentée. C’est l’atout maître pour que ces sorties soient une réussite. Pour satisfaire, tout le monde, il convient donc d’alterner entre sorties faciles, en acceptant plus de rencontres, mais avec un groupe nombreux et randonnues plus difficiles en petit comité et peu de rencontres.Seulement, les calanques restent un lieu atypique et deux heures de rando valent quatre heures ailleurs sur terrain plat. Certains ont donc du mal à se décider et hésitent pour finalement décliner l’offre de peur de ralentir le groupe. Tandis que d’autres se présentent à des sorties sans avoir réellement conscience de ces difficultés qu’on ne retrouve pas forcément dans d’autres régions.Au final, une sortie qualifiée de « facile » n’est quand même pas à la portée de la première chaussure venue.Pour la sortie du lundi 7 mai, nous étions 24, ce qui est un chiffre élevé quand on considère tous les paramètres cités ci-dessus.Cette journée fut une réussite totale pour tous. Tout d’abord, la journée fut la plus ensoleillée que nous ayons eu jusqu’alors. Annoncé violent depuis quelques jours, le mistral s’était bien calmé et c’est même avec plaisir que nous le retrouvions par endroit pour nous donner un peu de fraîcheur.Le lieu de départ choisi, le parking de la Gardiole, permet un déshabillage rapide, tout en se rendant assez vite au magnifique belvédère d’En Vau.Vue panoramique sur la calanque mais également sur le cap Canaille ainsi qu’au loin le cap Sicié et sur la droite, la calanque de l’Oule.Les quelques personnes présentes semblent ne pas être surpris par notre présence, ils nous parlent, certains se font prendre en photos, d’autres demandent des renseignements. Nous sommes finalement tous égaux, tous pareils face à la nature. Symbole de liberté et d’épanouissement, le naturisme dans les Calanques reprend peu à peu sa place.Incontestablement, au contact d’une nature aussi grandiose, la nudité permet de se sentir plus proche des éléments. Elle permet aussi de relativiser beaucoup de choses, nous faisons tous parties de cette terre, elle ne nous appartient pas, c’est elle qui nous reçoit.

14 réflexions sur « Randonue dans les calanques le 7 mai 2012 »

  1. Wouah !!! Qu’est ce que c’est beau !!!

    La prochaine fois que je vais passer mes vacances chez mon frère à Brignoles, ça me tenterais bien de faire une randonue comme celle là avec vous.

    Eponine

  2. J’avais écris un compte rendu spécialement pour vivrenu alors je sais pas qui s’est planté, moi ou Gilles…..peut être que j’ai pas envoyé le bon, je sais pas mais celui-là, je l’ai mis sur Etre naturiste et sur celui de la FFN.

    Pour rendre l’article inédit, j’en avais fait un pour ici, le voici :

    Organiser une randonnue dans les Calanques est relativement facile car les sentiers sont nombreux et certains sont difficiles d’accès. Cette difficulté, inhérente à ce massif, rebute nombre de randonneurs peu aguerris à l’effort physique, par conséquent, quelques sentiers sont encore très peu fréquentés, propices à notre art de vivre.
    Le souci majeur est de justement constituer un groupe homogène avec une bonne condition physique n’ayant pas peur du vertige.

    A contrario, avoir des participants qui n’ont pas vraiment l’habitude de randonner sur terrains accidentés et variés et qui ont, en plus, peur du vide, devient un vrai casse tête pour l’organisation.
    Réaliser un itinéraire facile, accessible à tous, peu fréquenté, proposant de belles vues panoramiques, est un ensemble de paramètres quasiment incompatibles.
    Comme ailleurs, un groupe nombreux, mixte, et si possible avec enfants, rend la démarche plus facile en cas de rencontres sur ces sentiers plus fréquentée. C’est l’atout maître pour que ces sorties soient une réussite. Pour satisfaire, tout le monde, il convient donc d’alterner entre sorties faciles, en acceptant plus de rencontres, mais avec un groupe nombreux et randonnues plus difficiles en petit comité et peu de rencontres.
    Seulement, les calanques restent un lieu atypique et deux heures de rando valent quatre heures ailleurs sur terrain plat. Certains ont donc du mal à se décider et hésitent pour finalement décliner l’offre de peur de ralentir le groupe. Tandis que d’autres se présentent à des sorties sans avoir réellement conscience de ces difficultés qu’on ne retrouve pas forcément dans d’autres régions.

    Au final, une sortie qualifiée de « facile » n’est quand même pas à la portée de la première chaussure venue.

    Pour la sortie du lundi 7 mai, nous étions 24, ce qui est un chiffre élevé quand on considère tous les paramètres cités ci-dessus.

    Cette journée fut une réussite totale pour tous. Tout d’abord, la journée fut la plus ensoleillée que nous ayons eu jusqu’alors. Annoncé violent depuis quelques jours, le mistral s’était bien calmé et c’est même avec plaisir que nous le retrouvions par endroit pour nous donner un peu de fraîcheur.

    Le lieu de départ choisi, le parking de la Gardiole, permet un déshabillage rapide, tout en se rendant assez vite au magnifique belvédère d’En Vau.
    Vue panoramique sur la calanque mais également sur le cap Canaille ainsi qu’au loin le cap Sicié et sur la droite, la calanque de l’Oule.

    Les quelques personnes présentes semblent ne pas être surpris par notre présence, ils nous parlent, certains se font prendre en photos, d’autres demandent des renseignements. Nous sommes finalement tous égaux, tous pareils face à la nature. Symbole de liberté et d’épanouissement, le naturisme dans les Calanques reprend peu à peu sa place.

    Incontestablement, au contact d’une nature aussi grandiose, la nudité permet de se sentir plus proche des éléments. Elle permet aussi de relativiser beaucoup de choses, nous faisons tous parties de cette terre, elle ne nous appartient pas, c’est elle qui nous reçoit.
    [addsig]

  3. Salut Bruno!

    C’est vachement chouette tas région !
    Pouvoir ce baladé nu dans des paysage pareille!
    Sen rencontré grand monde,quel chance!
    Je comprend que tu veux sauvés sa!
    Et quelles belle photos! :=! [addsig]

  4. C’est moi qui n’avait pas le bon texte, j’ai corrigé et donc je met ci après en archive l’autre texte qui provenait du yahoo group rando-nue :

    Pour cette randonnue facile, nous devions être une douzaine, nous avons finalement été 24. Ce chiffre élevé tout en enregistrant quelques annulations (8 au total) fait toujours plaisir. Record battu de participants pour une randonnue dans les Calanques. Après avoir dit bonjour à tout le monde, et en attendant quelques retardataires, je suis allé voir l’agent ONF qui était en poste au parking de la Gardiole. Le même que j’ai rencontré le jour de l’inauguration du Parc National des Calanques, cette fois, il était plus souriant. Nous avons discuté de l’itinéraire que j’avais prévu.

    Prévue facile, la rando l’a bien été pour tous sauf pour un qui a peiné.
    Philippe est un adhérent récent de l’ANP, il a déjà participé à une sortie plage mais les naturistes sont tels qu’ils ne dévisagent pas les autres.
    Aussi, personne ne s’était rendu compte de son handicap physique. C’est au bout d’une heure de marche que j’ai pu réaliser à quel point il avait de sérieuses difficultés pour passer à des endroits ou Sylvie Fasol était passée relativement facilement.

    Nous avons donc dû nous séparer en deux groupes pour rendre le trajet moins pénible à Philippe. Michel, en très bon connaisseur du massif, s’est proposé de l’accompagner. Il était prévu qu’on se rejoigne 45 minutes plus tard environ. J’avais estimé leur raccourci à 15 mn, tandis que nous, nous avions encore 50 minutes de marche. Mais au point de rendez vous, pas de Michel ni de Philippe. Je savais qu’ils n’étaient pas perdu sachant que Michel connaissait bien le coin. Notre groupe s’est de nouveau séparé en deux. La majorité s’est reposée tandis que Jean Paul R., Jean Luc et moi sommes allés chercher nos amis. Ce qui nous a permis de marcher sans sac à dos, nus, durant presqu’une heure.

    Une fois réunis au col de l’Oule, nous sommes allés en direction du belvédère d’En Vau. Et à cet endroit, après 2h30 de marche ou nous n’avions rencontré personne, nous étions dans un lieu très fréquentés ou les rhabillages furent presque constants avec parfois quelques rencontres agréables comme cette femme qui vient vers nous, malgré notre nudité, car elle recherche un endroit. Notre tenue de peau était le dernier de ses soucis.

    Nous avons choisi un coin relativement à l’abri pour déjeuner avec un panorama magnifique sur la calanque de l’Oule et la fenêtre de l’Eissadon.
    Quelques textiles, dont 4 vtt-istes, pratique théoriquement interdites à cet endroit, se sont installés à côté en nous disant bonjour sans être offusqués le moins du monde.

    Nous sommes ensuite allés voir le merveilleux panorama du belvédère d’En Vau. Tout le monde a été époustouflé par la vue panoramique et personne n’a regretté les 3 heures de marche nécessaire.

    Le retour fut plus rapide, sentier principal d’En Vau pour remonter directement aux voitures à l’heure initialement prévue, c’est-à-dire à 16h15.
    Merci à toutes et à tous pour cette journée réussie.

    Amicalement,
    Bruno

  5. :=! :=! :=! Wouahou !

    Que dire de plus devant ces vues superbes ?! 😎 En tant qu’originaire de Provence, cela me donne envie de re-découvrir les Calanques d’une autre manière… 😛 à condition de bien se préparer toutefois.

    Bravo à Bruno et à toutes les initiatives provençales et phocéennes car c’est comme cela que nous pourrons à nouveau arpenter le territoire des Calanques de la manière la plus naturelle qui soit. Espérons seulement que le nouveau parc national nous y aidera ;-). A suivre… [addsig]

  6. Super récit et superbes photos.
    Cela donne vraiment envi de faire Connaissance avec les calanques, histoire de voir la différence avec la forêt de Fontainebleau 😉
    Peut être pendant mon séjour à la Sablière suivant tes disponibilités ?
    Joël

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go