24 octobre 2020

Des naturistes sur un piédestal à trafalgar square – londres

Trafalgar Square est un point névralgique de Londres, en plein centre du quartier historique, la place où les Londoniens se rassemblent spontanément lors des grands événements historiques et où ont lieu les grandes manifestations ; c’est là que chaque 31 décembre la foule se presse pour fêter le passage à la nouvelle année, et la cyclonue londonienne annuelle y passe bien évidemment.

 

C’est également un point de passage incontournable pour les touristes, avec ses pigeons, ses fontaines, sa statue de Nelson gardée par quatre lions et le bâtiment de la National Gallery en toile de fond.

La place présente également à ses quatre angles quatre piédestaux imposants soutenant des statues équestres de personnages célèbres – ou du moins, telle était l’intention à l’origine, car si les trois premiers sont bien surmontés de statues, aucun accord n’a jamais pu être trouvé pour décider qui occuperait le quatrième piédestal (connu en Angleterre comme "the fourth plinth"), qui est toujours resté désespérément vide malgré le débat qui est régulièrement relancé outre-Manche.

Désespérément vide, du moins jusqu’à ce que le sculpteur Antony Gormley ait l’idée de faire monter des hommes et des femmes ordinaires sur ce piédestal pendant l’été 2009 pour créer une oeuvre d’art vivante qu’il a intitulée "One and Other" : chaque participant restait une heure ainsi exposé à 8 mètres du sol sur un socle de près de 2 mètres sur 4 (entouré de filets de protection pour éviter les chutes) où il était monté par une nacelle et où il avait toute liberté pour se présenter comme il le souhaitait, parler, danser, faire son numéro, haranguer la foule, lire un livre, déclamer de la poésie, lâcher des ballons ou simplement rester immobile à observer la foule d’en haut, le tout sous le regard permanent du public qui l’entourait de tous côtés. 24 heures par jour, pendant 100 jours du 6 juillet au 14 octobre 2009, de nuit comme de jour, par tous les temps, 2.400 personnes se sont succédées, choisies par tirage au sort parmi une foule enthousiaste de plus de 35.000 volontaires. Il est évident que le nombre de spectateurs variait grandement d’un moment à un autre ; un créneau du samedi après-midi au mois d’août garantissait un public nombreux, alors que les participants qui avaient été choisis par le sort pour occuper un créneau pluvieux du petit matin début octobre se retrouvaient parfois quasiment seuls sur la place déserte.

Sur le site http://www.oneandother.co.uk  chacun des 2.400 participant a droit à sa photo, son profil, et à la vidéo d’une heure filmée pendant sa prestation.
 

 

 

Il était évident qu’un certain nombre de participants décideraient de s’exposer nus sur le piédestal, et l’organisateur avait décidé de ne pas s’y opposer : si les participants devant avoir le choix de leur attitude, ils devaient pouvoir aller jusqu’au bout. Les choses ne se passèrent pas comme prévu pour le premier participant nu, Simon, qui fut rappelé à l’ordre par la police et dut renfiler un caleçon pour finir son heure.
 

 

Mais les organisateurs veillèrent à ce que cet incident ne se reproduise pas, rappelant leurs engagements à la mairie de Londres, et les participants suivants n’ont à aucun moment été importunés : la police, toujours présente sur cette place, s’est faite plus discrète après cet incident et n’est plus intervenue dans le déroulement de l’oeuvre d’art.

Au total, 15 participants ont passé une partie au moins de leur créneau totalement nus, et 6 étaient partiellement nus, soit en slip, soit nus mais recouvertes de peinture. Le blog naturiste http://blog.naturist-life-magazine.co.uk/2009/08/26/naked-plinthing/ donne la liste de ceux qui ont participé nus et présente les vidéos qui ont été tournées lors de leur prestation.

La plupart des participants nus se sont exposés par défi personnel ou pour s’affirmer, comme par exemple Simon ou Susanah, ou même pour se faire de l’autopromotion comme Gunter.

 

 

Mais deux d’entre eux sont montés explicitement pour défendre le style de vie naturiste, qui a ainsi bénéficié d’une tribune inhabituelle et prestigieuse.

La première était une jeune femme qui se présentait sous le pseudonyme de Lady Godiva, qui est arrivée sur le piédestal avec un cheval à bascule pour rappeler son illustre devancière.

Du haut de son piédestal, elle a harangué la foule (relativement peu nombreuse, puisqu’elle avait un créneau à 5 heures du matin un jour de semaine…) pour défendre le droit à la nudité, pour vanter l’équilibre psychologique que donnait le fait de vivre nu, en donnant pour preuve, entre autres, que la pratique fréquente du naturisme aux Pays-Bas était sans doute à l’origine du fait que ce pays a le plus bas taux de grossesses non voulues chez les adolescentes. Lady Godiva a été la seule participante a se faire hisser sur son piédestal et à en redescendre nue, et donc à ne paraître habillée à aucun moment, les autres participants nus préférant se déshabiller sur le piédestal.

 

 

 

 

 

 

L’autre naturiste était Suzanne, personnage tout en rondeurs et au verbe haut bien connu des naturistes britanniques, rédactrice du magazine naturiste Naturist Life, ancienne présidente de la fédération naturiste britannique (BN), qui alors qu’elle était responsable de la communication de BN se laissait volontiers interviewer nue par la presse et par la télévision.

Elle a fait un vibrant plaidoyer pour le naturisme et pour les clubs britanniques, et un peu de publicité pour son propre club et pour sa revue ; installée devant une petite table de camping qu’elle avait montée avec elle dans la nacelle, elle répondait simultanément sur son ordinateur à ceux qui souhaitaient engager le dialogue à propos du naturisme.

 

 

 

 

 

Manifestation naturiste, certainement pas. Mais utilisation astucieuse et ludique d’une manifestation artistique grand public, qui a connu un large écho en Grande-Bretagne, pour banaliser la nudité et pour affirmer haut et fort le plaisir de vivre nu et faire connaître notre style de vie naturiste.

4 réflexions sur « Des naturistes sur un piédestal à trafalgar square – londres »

  1. j’ai beau être naturiste à 100% dans mon coeur et dans ma tête…jamais j’aurai le  »courage » de m’affirmé comme les gens de ce reportage…

    surtout qu’ici au québec ont est vraiment pas ouvert au naturisme comme en europe par exemple…chapeau à vous :=!

  2. Les journalistes ont bien sûr cherché à interviewer les participants nus. La plupart reconnaissent s’être fait beaucoup de souci à l’avance, s’être demandé à la dernière minute pourquoi ils s’étaient lancés dans une telle aventure, mais avoir finalement éprouvé beaucoup de fierté de l’avoir fait.
    Suzanne, elle, naturiste de longue date et très impliquée dans le monde naturiste, a répondu par une boutade, disant que oui, elle avait eu très peur lorsque l’heure approchait et qu’elle avait failli renoncer… parce qu’elle a le vertige et que pour la mise en place il fallait être montée à 8 mètres d’altitude dans une nacelle !

  3. Effectivement, le contraste est saisissant entre le sort qui est réservé à Steve Gough, qui n’est pas plus tôt libéré des prisons écossaises qu’il y est renvoyé et qui donne l’impression d’être victime d’un acharnement judiciaire, et le libéralisme que dénotent des manifestations telle que celle-ci ou les cyclonues qui se déroulent paisiblement sous la protection de la police à Londres et à Brighton, mais aussi à Cardiff, Manchester, Sheffield, Southampton et York…
    Faut-il y voir une acceptation de la nudité organisée et « encadrée » pour des groupes par contraste avec un rejet pour les initiatives individuelles ?
    Ou bien (c’est un aspect important également) la conséquence des différences entre le système juridique anglais et la loi écossaise qui, bien que les deux pays soient réunis depuis trois siècles sous la même couronne, sont restés très différents, l’Écosse ayant gardé au sein du Royaume Uni sa tradition juridique propre ?
    Il est intéressant de voir que Steve avait traversé l’Angleterre du sud au nord sans gros problème (il a été, je crois, interpelé deux fois en Angleterre, et relâché immédiatement), et que c’est lorsqu’il a franchi la frontière avec l’Écosse que ses ennuis judiciaires ont commencé.

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go