24 octobre 2020

La Plage de Languèri à Paros (Grèce)

L’ile de Paros dans les Cyclades offre aux naturistes quelques belles criques sauvages. Une des plus charmantes se trouve à l’extrémité nord-est de l’île, dans la grande baie de Naoussa, à environ 5 km du joli port pittoresque du même nom, où l’on peut trouver de très nombreux hébergements de toutes sortes. Un camping (textile) en bord de mer est aussi disponible pour les amateurs à 2 km seulement de notre plage, mais de l’autre côté de la colline, face à la haute mer et à l’est. La baie de Naoussa s’ouvre elle vers le nord, en forme de croissant assez refermé sur lui-même, et c’est sur la rive orientale de cette rade bien abritée que s’étend, sur un petit kilomètre (face au couchant donc), la jolie plage de sable de Languèri.

La zone étant protégée, il n’y a aucune construction à l’arrière de la plage, et la nudité n’y peut donc choquer personne.

Quelques bouquets de tamaris, des buissons épineux et de jolies petites dunes à l’arrière de la plage permettent de trouver un peu d’ombre (rare), et de se protéger du vent du nord quand il se met à souffler, parfois assez violemment. Paravent et ombrelle peuvent donc être très utiles… ! Comme c’est une plage « sauvage » il n’y a aucune commodité d’aucune sorte (ni douche, ni toilettes, ni taverne) sinon de loin en loin quelques discrètes poubelles régulièrement vidées par les services municipaux.

L’accès à ce petit paradis peut se faire de deux manières, soit par bateau (en saison un caïque régulier relie le port à l’extrémité nord de la plage juste à côté du seul « bar » où l’on peut trouver des boissons fraîches), soit par la route côtière qui relie Naoussa à la plage de Santa Maria (textile et venteuse, mais sur le versant de l’île face au levant).

Le désavantage du bateau, c’est qu’alors on ne peut pas profiter du calme merveilleux de la plage avant 11h du matin, car c’est me semble-t-il l’heure d’arrivée du premier bateau venant du port. Par la route, après avoir quitté le port, la route longe de très près les vaguelettes du bord de mer à trois reprises.

Aussitôt après la troisième plagette, d’où l’on aperçoit déjà au loin notre cible, la silhouette immaculée de la chapelle de la Panaghia Zoodokhos Pighi (la Vierge Source Vivifiante) qui se découpe sur le bleu du ciel, la route longe une propriété close de hauts murs débordant de lauriers-roses en fleurs.

C’est à l’extrémité de cette propriété que s’embranche à gauche un discret petit chemin vicinal très étroit et très mal indiqué (« Langgeri », mais l’écriteau de bois tombe parfois) qu’on peut repérer facilement grâce à la petite chapelle miniature sur son petit poteau qui en marque le début.

Après 200 m le chemin aboutit à une sorte de cul-de-sac, comme une avant-cour de ferme, qui permet le stationnement à une demi douzaines de voitures ou de vélomoteurs. On continue à pied par un sentier des contrebandiers très pittoresque, qui longe un moment les murs chaulés de la Zoodokhos Pighi les pieds dans l’eau, et c’est tout aussitôt le début de la zone naturiste, constituée de 3 petites criques successives bien ombragées et entrecoupées de rochers, que prolonge la plage principale sur près d’un km.

La plage est quasiment déserte jusque vers 11h30, et même l’après-midi la fréquentation est assez dispersée, y compris en juillet.

Durant le mois d’août cependant, quelques familles (surtout italiennes) plus bruyantes risquent de changer l’ambiance, par un mélange textiles-nudiens au sein des mêmes groupes, que j’avais trouvées un peu envahissantes à mon dernier passage il y a deux ans.

L’ile voisine de Paros, la minuscule Antiparos, est accessible par ferry (15 minutes de traversée, mais d’un prix élevé qui décourage les navettes quotidiennes), et l’extrémité nord d’Antiparos est constituée de plusieurs plages successives, dont une très fréquentée par des naturistes, qui pourront se loger au camping voisin (mais que je n’ai pas visité).

Cette plage aussi est magnifique, avec une possibilité de passer à gué (dans l’eau turquoise jusqu’à la taille) jusqu’à l’îlot désert qui lui fait face, et qui lui aussi offre une jolie plage de sable (complètement déserte à mon passage : nous y étions trois !) tournée vers le sud-ouest.

La photo panoramique monte la côte nord d’Antiparos depuis la garrigue du haut de la colline.

 

 

5 réflexions sur « La Plage de Languèri à Paros (Grèce) »

  1. Cette plage est un des plus beaux endroits pour pratiquer le naturisme! J’y étais des dixaines de fois et l’ambiance est assez familiale, calme, tolérante, et la plage n’est jamais remplie de gens. Le couché du soleil est magnifique! A visiter.

  2. Jolies photos, et une plage qui doit être bien agréable pour pratiquer le naturisme. Cela donne envie d’y aller, pouvoir profiter du soleil et de la nature complètement nue c’est vraiment super, et en plus on se sent bien. Félicitations pour le petit reportage. [addsig]

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go