27 octobre 2020

Je randonne nue, et alors? Ça n’a rien de pornographique!»

Hier, le Grand Conseil appenzellois a accepté une loi visant à amender ceux qui se promènent à poil dans le canton. De quoi donner la chair de poule à la présidente de l’Organisation naturiste suisse. La proposition de loi a fait grand bruit la semaine dernière. Les médias suisses, allemands et même anglais ont fait écho de l’idée du Conseil d’Etat d’Appenzell Rhodes-Intérieures d’interdire aux randonneurs de marcher nus.

Face au nombre croissant de zigounettes aperçues sur les sentiers du canton, les autorités veulent donner la possibilité à la police de coller des amendes. Hier, la proposition a été acceptée par le Grand Conseil. Si la Landsgemeinde doit encore donner son aval, fin avril, les naturistes se sentent déjà irrités à l’idée de devoir payer 200 francs pour s’être montrés «au naturel». Leur association faîtière étudie une contre-attaque.

«Les autorités font tout un théâtre autour de la nudité, c’est très grave! s’énerve Alice Haller. Présidente de l’Organisation naturiste suisse, la Bernoise pratique le nudisme depuis de nombreuses années. Quand elle a appris, en automne 2008, que des parents appenzellois avaient dénoncé un homme randonnant nu dans les Alpes, la sexagénaire en a eu la chair de poule. «Moi aussi, il m’arrive de pratiquer la marche dans le plus simple appareil. Il n’y a pas de mal à cela, après tout, nous sommes tous nés sans vêtement! Cela irrite les adultes, mais certainement pas les enfants.»

Toujours un foulard sur soi
Pour cette grand-maman, il règne une confusion malsaine entre nudité et sexualité. «Or marcher nu n’a rien de pornographique! C’est une manière de sentir les éléments de la nature sur son corps. Une sensation de liberté qui procure un vrai bonheur!» Comprend-elle néanmoins que des personnes soient heurtées? «Je conçois que tous n’aient pas envie de rencontrer des naturistes. Nous essayons d’ailleurs de ne randonner que dans les zones destinées aux nudistes ou dans des lieux où il n’y a personne, comme les montagnes. Nous ne sommes pas exhibitionnistes. Quand on tombe sur quelqu’un, on a toujours un grand foulard pour se couvrir .»

 

© YVAIN GENEVAY | Les naturistes cherchent des endroits peu fréquentés pour pratiquer leur activité (ici près d’Yvonand).

NADINE HALTINER ZURICH | 10.02.2009

5 réflexions sur « Je randonne nue, et alors? Ça n’a rien de pornographique!» »

  1. 200 FS, ça fait en gros 120EUR. C’est bien sûr discutable, mais notons qu’en France, la peine encourue est rien moins que de 15 000 EUR et un an de prison. Alors, bien sûr, si on ne prononce pas ce genre de peine, on risque pour le moins le tribunal correctionnel, et là, on ne sait pas à quelle sauce on pourra être mangé.

    En France, nous avons une échelle totalement ouverte, de zéro (la police ne se déplace pas, ou si elle se déplace, elle se contente de demander à l’impétrant de se rhabiller), à 15000 + prison.
    C’est vraiment déconnant.

    Finalement, avec leurs 200FS, moins du centième de la peine encourue en France, les Apenzellois (pour info, les Suisses racontent des histoires d’Appenzellois comme nous racontons des histoires belges ou de blondes), ils sont en fait mieux lotis que les Français.

  2. C’est une forme de racket !
    Celui qui a les moyens de payer peut continuer à se promener nu…
    En France, la récidive pourrait être très chère payer et le risque de faire de la prison n’est pas nul !
    Ce qui est sûr, c’est qu’on vit une drôle de période où on a l’impression que la pudibonderie revient au galop.
    Dans notre société, il est plus moral de détourner des fonds que de se promener en tenue de peau !!!
    Où va-t-on ??? [addsig]

  3. Voir aussi ce texte http://largeur.com/expArt.asp?artID=2808 paru le 5 mars 2009

    Le gendarme suisse et les nudistes

    Le petit canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures vient de se doter d’une loi amendant les marcheurs nus, de plus en plus nombreux à fréquenter ses sentiers pédestres.
    PAR GENEVIEVE GRIMM-GOBAT

    ——————————————————————————–

    Il y a quelques années, le canton du Valais a vu le retour des loups, la chaîne jurassienne celui des lynx, des ours ont élu domicile dans le Parc National. Autant d’espèces pas vraiment bienvenues.

    En Appenzell, c’est une espèce peu poilue, bipède, se déplaçant principalement de jour et n’égorgeant pas les moutons, mais néanmoins perturbatrice, qui a fait son apparition l’été dernier. Non, les randonneurs nudistes ne seront pas abattus comme des plantigrades mais, en février, le parlement de ce petit canton s’est penché sur le sort à leur réserver.

    Une amende de 200 francs devrait sanctionner leur sans-gêne. La décision sera soumise ce printemps à la Landsgemeinde. Est-elle recevable? Certains en doutent. L’affaire pourrait bien se terminer à Lausanne devant le Tribunal fédéral.

    Déjà raillés dans bien des plaisanteries, les Appenzellois s’apprêtent à en rajouter une bonne couche. Il y a un quart de siècle, le gendarme Cruchot, incarné par Louis de Funès, se livrait à la chasse aux nudistes sur la plage de Saint Tropez pour la plus grande joie des spectateurs du film de Jean Girault. Aujourd’hui, Paul Broger, de la police cantonale d’Appenzell Rhodes Intérieures, prend sa relève avec un territoire de chasse oh! combien plus vaste et périlleux que les étendues de sable méditerranéen. A l’aide de jumelles, ses hommes partiront à l’assaut du domaine de l’Alpstein…

    Ce massif a-t-il des airs de paradis? Toujours est-il qu’il aimante les marcheurs en costume d’Adam. Des photos d’alpinistes sans culottes sont parvenues au poste de police. «L’été passé les nudistes se sont incroyablement multipliés. Nous avons reçus de nombreux téléphones de parents préoccupés», commente le conseiller d’Etat Herbert Brogli. En septembre, un Suisse allemand de 44 ans tombait dans les filets de la police.

    L’annonce de son arrestation s’est vite propagée sur le Net. Elle est parvenue en Allemagne, où les naturistes sont nombreux. Depuis, cette région incarne la pudibonderie et attire les adeptes de l’habillement minimaliste. Différents sites et forums narrent d’ailleurs les aventures vécues dans les alpages du coeur de la Suisse.

    «En avril n’enlève pas un fil», dit le proverbe. «En mai fait tout ce qu’il te plaît», affirme un autre. Pas question pour les autorités politiques et judiciaires d’Appenzell d’envisager, avec l’arrivée des beaux jours, une nouvelle invasion de bipèdes à poil. Crise ou pas, cet hiver les a vu très préoccupés par ce sujet épineux.

    Pour Melchior Looser (de son vrai nom), à la tête du département de Justice et Police, «il est impératif de protéger nos enfants de ce comportement immoral. De plus des touristes pourraient fuir notre région mal famée. Avec l’arrivée des beaux jours nous devons disposer d’une loi contre le nudisme». C’est chose en partie faite.

    Le 9 février le parlement a pris clairement position. Une balade sans vêtement va devenir une infraction contre l’ordre publique et sera amendable à raison de 200 francs. A en croire les rumeurs, les opposants à une telle mesure sont rares. De plus, l’Association naturiste «Freikörperkultur» (FKK), qui compte 7000 membres, en Suisse tient à se distancier de ces randonneurs nus.

    Son président allemand a félicité la décision des autorités appenzelloises et n’hésite pas à qualifier les marcheurs naturistes de «névrosés et de psychopathes» et estime que «la liberté des uns doit s’arrêter là où commence celle des autres».

    Steve Gough qui a parcouru, nu, toute la Grande-Bretagne, a été confronté tour à tour à des lacunes judiciaires ou à une interdiction claire de se déplacer dévêtu. «The nacked rambler» met depuis des années l’île en émoi avec sa tenue d’Adam. Cet ancien marin de 49 ans milite pour la nudité publique qu’il assimile à un droit fondamental de l’homme. «La société est à la fois trop perverse et trop coincée pour l’accepter», juge-t-il.

    La BBC en a fait une vedette en filmant un de ses périples. On y voit certes quelques personnes rencontrées qui se dénudent et font un bout de chemin avec lui mais surtout beaucoup de gestes obscènes et d’insultes adressés à cet original.

    Pour la loi écossaise (différente de la loi anglaise), être nu, c’est troubler l’ordre public. D’où l’emprisonnement de Gough qui refuse de se rhabiller et comparaît nu à son procès en proclamant: «Je n’ai pas honte. Je suis humain».

    L’exemple de Gough incitera-t-il les randonneurs nus de l’Alpstein à l’imiter à l’heure de leur interpellation?

  4. Bonjour à tous !
    Finalement, il n’y aurait plus guère qu’en Espagne où la tenue de peau serait le mieux tolérée en dehors des centres ? Quand on voit en effet les retours en arrière comme en Ardèche, c’est peu enthousiasmant…Alors que le naturisme est une chose…naturelle, et qu’il devrait se faire mieux accepter par l’ensemble de la population, c’est consternant de voir qu’il ne l’est pas, probablement à cause de quelques actes de déviants minoritaires, qui ont permis aux légistes d’amalgamer naturisme avec pratiques douteuses. Je pense que c’est à nous, naturistes, de ne pas permettre de faire cette confusion, et de reconduire gentiment à la porte, ceux qui discréditent le mouvement.

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go