26 octobre 2020

inexhib, la perception sociale du corps nu exposé

Une pièce vide. Aucun espace scénique n’est défini et chacun se déplace librement. Un homme et une femme marchent en silence. Leur tête est masquée par une boîte, ils sont aveugles et avancent à tâtons. Leurs mains sont gantées et aucune parcelle de leur peau n’est visible. Confrontés à leur propre enfermement, à l’espace et au public, ils vont se mettre à nu. Commence alors une transe rituelle qui projette les corps dans l’espace, sur les murs et parmi le public qui ne reste pas spectateur, mais est invité à participer à ce rituel. (durée 45 mn)

"C’est plus une expérience de vie qu’un spectacle. Un travail intime, nourri de la relation fusionnelle qui nous lie et des questions que l’on se pose sur la perception sociale du corps exposé, dénudé, présenté dans sa pureté originelle. Nous nous mettons à nu, dans tous les sens du terme. C’est un corps-à-corps intense, une transe qui nous dépouille de l’intérieur et nous mène dans un voyage proche de la régression psychanalytique." Frédéric ETCHEVERRY, extraits de l’interview par Th. VOISIN pour L’EXPRESS

Le corps nu est la matière première de cette création. Le duo intervient dans une pièce vide, en silence, sans texte ni musique et utilise le lieu qui le reçoit dans son état brut, sans décor ni accessoire, et sans jeu de lumière. Cette performance est une réflexion sur l’identité, la nudité y est utilisée dans ce sens. Quand le corps n’est plus déguisé, rien ne le défini socialement. Il en est de même dans une pièce débarrassée de ses meubles et de tout objet. Le vide et la nudité sont alors propices à une vision métaphysique de notre existence

Partenaires sur scène et dans la vie Frédéric ETCHEVERRY & Gloria ARAS vivent et travaillent ensemble depuis 1993. Couple franco-espagnol, ils résident en France, à Paris.

Jusqu’en 2003, ils animent et dirigent ensemble le Groupe PESCE CRUDO (fondé par Frédéric ETCHEVERRY en 1990) et se produisent avec les autres membres du groupe en Europe, en Asie, au Brésil et en Australie. Le corps et l’objet étaient la matière première du Groupe qui n’utilisait jamais le texte et empruntait au mime, au théâtre d’objets, à la danse et à l’acrobatie. Les créations du Groupe exploraient une relation non-scénique avec le public, qui était toujours actif et libre de ses mouvements autour d’une structure monumentale qu’il s’appropriait. Les spectacles du Groupe PESCE CRUDO ont toujours été une invitation à réfléchir ensemble à notre condition humaine et à la vie en société.

Ils décident en 2003 la métamorphose du Groupe Pesce Crudo en duo ETXEA,
pour se consacrer à un travail en couple, plus personnel et plus expérimental.

Voir la Vidéo

Get the Flash Player to see this player.

Source

4 réflexions sur « inexhib, la perception sociale du corps nu exposé »

  1. Ce duo
    (EtXea, Frédéric et Gloria) offre une belle performance épurée, riche de symbolique, pleine de tensions, de douleur et de douceur, bien mise en scène. La « participation » du public est déjà là puisque le spectacle vit parmi lui, ce qui déjoue le caractère séparatiste de l’exhibition classique (d’où le titre, inexhib); c’est un jeu qui se veut non plus contre ou pour mais avec. Ainsi, le masque du début tombe vite, violemment; et les sourires d’un public un peu tendu ou étonné laissent place à un ressenti plus grave. Le passage où l’homme sert de banc a une connotation très féministe.

    Dans un style plus agité, le spectacle de Dave St-Pierre La Pornographie des âmes rcemment donnée à Vanves (voir article précédent) tente aussi, de manière plus limitée, une certaine communion avec le public.
    http://www.dailymotion.com/video/x280y3_dave-st-pierre-la-pornographie-des_music
    http://www.dfdanse.com/article472.html

  2. quand on dit ‘je pensais que le public serait invité à se dénuder à son tour’ on rejoint la pièce NUDITE où justement le public et le personnel d’accueil devait être nu en plus des acteurs

    Je trouve original qu’il y ait une intéraction entre les acteurs et le public.

    Sinon, dans tous ces spectacles, est-ce que nous sommes à même à faire la distinction critique entre ce qui relève de la création artistique de ce qui est ‘prétexte’ purement gratuit à mettre en oeuvre la nudité là où elle ne s’impose pas vraiment ?

    Face à l’air dit contemporain ou moderne , comme onvoudra, je suis parfois partagé entre l’admiration, l’émotion de la création du ‘on nous prend vraiment pour des c….’

    Bien entendu, avis personnel

  3. Peut-être, Delest67, mais dans le théâtre ou la danse contemporains (ou en musique aussi, comme en peinture), il y a aussi souvent, nudité ou pas, le côté « performance ».

    On va dans un spectacle « où il se passe quelque chose », ce quelque chose n’étant pas forcément artistique, du moins selon les canons classiques, mais pouvant être une « expérience ».

    Si on veut se mettre à définir ce qui est art ou ne l’est pas, on discutera encore demain!Mais ne faut-il juger un spectacle (un tableau etc.) que sur sa seule valeur artistique? On peut aussi s’intéresser, au-delà du côté artistique, sur les questionnements que cela peut soulever.

    Bon, je crois que le débat est ouvert.
    Je pense aussi que l’on peut faire assez aisément la différence entre ceux qui « ont quelque chose à dire » et les autres, quel que soit le mode d’expression utilisé. Dans certains cas, ça sera une nudité purement gratuite, et dans d’autres, elle induira des sensations ou des réflexions plus riches.
    Que les danseurs soient nus ou en tutu, ce n’est pas le costume (ou son absence) qui fait le danseur.

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go