29 octobre 2020

Mon voyage aux Canaries – Lanzarote Aout 2008

Mon voyage aux Canaries a commencé sur internet en février à la recherche des possibilités de logement et de transport. J’ai fini par trouver un site sur des logements naturistes à Charco del Palo et sur la foi des photos, j’ai réservé un logement.
Quelques mois plus tard, en ce début août, nous atterrissons, mon épouse et moi, sur l’ile de Lanzarote à 23h, heure locale.




Après avoir récupéré les clés d’une voiture de location, nous retrouvons le responsable de l’agence immobilière à Mala sur le parking du restaurant Don Qijote. Quelques minutes plus tard, nous visitons la maison retenue à 200m de la mer et avec piscine dans le jardin . Un bon point, le logement correspond aux photos.








Le lendemain, nous commençons à découvrir les lieux. Le village est entièrement naturiste ou presque puisque la coutume veut qu’il se doit d’être vêtu un minimum au Centro Commerciale. Des maisons blanches, avec des jardins de cactus, composent ce village. 1 supermarché (qui sert aussi de poste), de la taille des épiceries de nos grands centres naturistes, 4 restaurants, menu espagnol/ allemand sont les principales boutiques du village. Aucune barrière, aucun panneau n’indique que nous sommes dans un village naturiste. Le GPS s’est avéré très utile.








La côte est rocheuse, aussi il n’y a pas de plages aux environs mais des accès à la mer et des bassins aménagés. Au choix, mare aux canards ou rocher aux singes. Devinez lequel est le plus sportif ? Bien sur, il faut que je les essaye tous. Dans la mare aux canards, plusieurs espèces de poissons se promènent.



La mare aux canards



Tidal Pool




Le rocher aux singes









Curiosité des lieux et compte tenu de la législation espagnole, naturistes et textiles se côtoient en bonne entente ou en parfaite indifférence suivant que la langue est une barrière ou non. L’allemand est souvent plus utile que l’anglais.
Le premier jour, nous passons par Arecife, un peu de documentation et de ravitaillement nous serons utiles.




Le syndicat d’initiative



Le plongeoir d’Arecife


Nous sommes en août, les pluies sont rares. Les températures sont agréables, 25-30°C le jour, 20 la nuit. Par contre, le vent souffle presque en permanence. Du coup, pas de sensation de chaleur et gare aux coups de soleil. Casquette – je n’ai presque plus de cheveux -, lunettes, eau, et crème solaire sont indispensables pour les promenades. Pour le reste une bonne paire de chaussures et ça y est, je suis parti.
Il est facile de longer la côte. Nous y ferons de nombreuses promenades, parfois de plusieurs heures, admirant les formes diverses issues de la lutte entre les volcans et l’océan.




Jeux d’eau et de roche










Le site touristique le plus proche est le Jardin de Cactus, le chemin s’est fait en randonnue mais la visite est textile sauf pour les gardiens des toilettes. Une invitation? Il y avait quand même beaucoup de monde.








 

Une invitation bien tentante













Randonues possibles partout


D’autres sites touristiques inviteraient à la baignade comme Jameos de Agua
mais non c’est interdit … de se baigner.



Une belle piscine




Beaucoup d’endroits sont désertiques et les randonnées nues faciles avec des spectateurs impassibles comme ce diablotin du parc de Timinfaya. Les plages ont toutes sortes de couleurs comme celle ci, noire, interdite à la baignade mais où il n’y avait personne.





 

Balades autour du parc des volcans











Le sud de l’île est plus touristique. Autour de Playa Bianca et des plages de Papagayo, les touristes se pressent, naturistes, nudistes ou textiles se croisent avec l’île de Fuenteventura en image de fond. A marée basse, quel plaisir de découvrir les nombreuses criques de la côte.


 

Criques à Papagayo











Beaucoup d’images se superposent avec des paysages étonnants à El Golfo ou des randonnues dans l’intérieur du pays en suivant les vallées, découvrant parfois des palmiers ou des figuiers croulant sous les fruits que personne ne ramasse.




Jeux de couleurs à El Golfo














Orzola







La Geria et ses vignes


La plage répertoriée naturiste de Famara, connue pour ses vents forts devrait communiquer par un chemin avec celle qui fait face à l’île de La Graciosa. Seules les chèvres y passent encore depuis que la nature en guise de plaisanterie a fait ébouler quelques cailloux. Grâce aux vents, elle est devenue un centre d’activités nautiques, planche à voile, surf, … et nous pouvons même y rencontrer des naturistes au milieu de toute cette agitation.














Plage de Famara et environ








Et pas la peine de se rhabiller entre la plage et la location puisqu’il y est libre de se vêtir comme on le souhaite en Espagne selon leur Constitution (bon, je simplifie mais c’est le principe).
La baignade nu est possible partout, y compris dans les grandes villes côtières, du moins, quand la géographie et les courants le permettent, cependant, elle reste peu pratiquée, d’où, sans doute, les mouvements de naturistes espagnols organisant des journées sans maillot.




Nous avons passé deux semaines à Lanzarote, alternant visites, baignades et randonnues- de 4 à 6h par jour selon mon épouse. Prudent en randonnue au début, je me suis aperçu de la parfaite indifférence des habitants. Si je me suis toujours habillé (ou rhabillé) dans les grandes agglomérations, j’ai traversé des villages sans provoquer de réaction. 2 fois, il m’a été demandé par des espagnols d’expliquer le chemin des plages naturistes- je ne parle pas espagnol- mais les cartes ont été utiles. J’ai eu droit à des exclamations du type : que calor ! ou à des réactions amusées. Seuls 2 ados se sont permis de siffler à mon passage- dans un endroit fréquenté par des naturistes.







 

Chateau Santa Barbara













A la fin de ces vacances, j’ai pu partager avec des amis de passage, mes premières réactions quant aux possibilités de nudité et de naturisme sur ce bout de territoire espagnol.










Et la tête pleine de souvenirs. Si vous souhaitez plus de photos, cliquez sur ce lien, elles ne sont pas de moi mais elles en feront rêver certains.

Francis

18 réflexions sur « Mon voyage aux Canaries – Lanzarote Aout 2008 »

  1. :=! Bravo Francis,
    tu as su magnifier Lanzarote et ses paysages sauvages.
    Et ton compte rendu arrive à point à un moment où le soleil
    et la chaleur nous font tellement défaut.

    😉 J’aime beaucoup la photo où tu te déguises en chèvre… [addsig]

  2. 🙂 De très belles photos effectivement et une grande envie d’aller passer quelques jours dans ces endroits ouverts grandement au mode de vie que nous pratiquons.
    Merci pour ce reportage haut en couleur. :=! [addsig]

  3. Lanzarotte présente quand même quelques inconvénients à connaitre :
    – un peu désert (volcanique) au niveau paysage et humains, quasi pas d’activité humaine en dehors de la capitale et des jours de marché.
    – vent continuel jour et nuit sur toute l’ile , un peu fatiguant surtout sur quelques plage de sable (Famara) où on se prends des fouettages de sable incessants.

  4. Magnifique ! superbe ! Vous avez surement de très beaux souvenirs à la vue de vos photos. :=!
    Merci pour ce témoignage qui donne envie de prendre des vacances et de voyager au soleil… 😎
    Que la bretagne me parait grise à côté… 🙁 😉

    Salutations Naturistes

  5. Je mets un bécarre sur le bémol qu’a mis Gilles.
    (“Je veux un bécarre sur ce do, disent les musiciens amateurs de contrepèteries).

    Le vent est certes souvent fort, mais ça dépend un peu des saisons. En janvier, il n’était pas spécialement fort.

    2) ça dépend aussi des plages. Oui, à Famara, au nord-ouest de l’île, il souffle fort (d’où les surfeurs), mais dans les plages du sud (punta Papagayo) ou de l’est de l’île, le relief fait en grande partie écran, on peut trouver des endroits avec peu de vent.

    3) Oui, c’est pelé, plutôt désertique, tant humainement que du point de vue de la végétation. Mais passé la première impression d’austérité (voire carrément lunaire), ce n’est pas moche. Et même, ça dépayse.
    On est quand même en face du Sahara, au niveau du sud marocain (le Sahara occidental, en conflit sécessionniste avec le Maroc, est juste en face. La Mauritanie est juste au-dessous).
    Après tout, quand on va au Sahara, ce n’est pas pour voir de la verdure irlandaise, et si on n’aime pas la pluie, mieux vaut ne pas aller en Irlande.

  6. Bonjour,
    Et merci à vous pour ces encouragements.
    Pour la chèvre, je vous assure ce n’est pas moi, les chemins qu’elle a suivi étaient par trop glissants 😉 Mais elle était un peu cabotine.
    J’ai vu les remarques sur le vent: sans celui-ci les températures seraient intenables. Il faut reconnaitre cependant que sa quasi permanence peut finir par fatiguer.
    ET gare aux coups de soleil car l’on ne sent pas la chaleur.
    J’avais mis des liens qui ont disparu mais si il ya des questions sur le sujet.
    Amitiés
    Francis

  7. Bonjour Francis,
    merveilleux commentaire et photos qui donnent envie.
    Marie et moi nous nous rendons sur l’ile de Lanzarote, du 3 au 12 janvier 2009, nous serons hebergés au sud de l’ile à playa blanca pres de la fabuleuse plage de papagayo, as tu des informations sur des endroits exclusivement naturistes dans cette region ? Bien que l’on sache que les iles canaries sont très propices et tolerantes pour notre mode de vie, (voir il y a quelques temps notre reportage sur tenerife). Nous comptons bien evidemment louer un vehicule et nous rendre à Charco Del Palo. Notre idée est d’effectuer un maximum de randonues, si d’autres lecteurs ou membres du site vivrenu.com se trouvent à cette periode sur Lanzarote, pourquoi ne pas organiser une randonue au depart de papagayo.
    Merci pour ton recit qui ne peut etre que generateur de bonnes idées pour visiter cette ile paradisiaque.

    Fabrice et Marie
    [addsig]

  8. J’oubliais d’ajouter que c’est sans doute une des plus belle plage de l’ile avec du vrai sable une belle mer assez calme facile pour se baigner, pas de rochers, pente douce et surtout pas de vent. Les paysages avoisinants sont toujours aussi désertiques que le reste de l’ile mais moins volcaniques.

  9. Bonjour,
    Pour répondre à Marie et Fabrice, il n’y a pas vraiment de plage à 100% naturiste. La plage située juste avant celle de Papagayo sur le chemin côtier est à dominante naturiste ainsi que les criques qui la prolongent à marée basse. Pour la randonnue, les chemins côtiers sont intéressants, certains chemins autour du parc de Timinfaya ou quelques vallées plus au Nord de l’ile.
    2 règles à ne pas transgresser: prévoir de l’eau en quantité suffisante et une bonne et solide paire de chaussures, les cailloux sont très coupants autour du parc et sur les chemins côtiers.
    Amitiés
    Francis

  10. Merci Gilles et Francis,
    Nous mettrons a profit toutes ces informations et nous esperons vous rapporter un chouette commentaires pour le debut de l’année, la seule crainte que nous ayons c’est la temperature, mais comme la plupart disent, ce sont les iles du printemps eternel.

    Vivement le depart,

    encore merci à vous deux

    Marie
    [addsig]

  11. :b bravo pour toutes ces magnifiques photos, je ne savais pas qu’on pouvait se promener nu toute la journée sur l’île de la Réunion ça donne envie d’y aller. J’espère pouvoir en profiter le jour où j’irais. Ça doit être super. Encore bravo pour ce petit reportage sympa.

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go