26 octobre 2020

L’installation de Spencer Tunick vécue par jean paul (Suisse 2007)

Jeudi 16 août je reçois un mail de Greenpeace me confirmant que l’installation de Spencer Tunick de déroulera le samedi 18 août. Préparation en hâte du sac à dos. Vendredi départ de Coursegoules (06) à 9h15, je passe prendre Christian à Antibes puis Eric à Nice, et nous voila sur l’autoroute direction la Suisse.
On passe par l’Italie et par le col de Sempione et on arrive à Fiesch petit village au pied de l’Eggishorn. A la sortie du village on s’installe au camping Eggishorn prés du Rhone, après une bonne nuit de repos, petit déjeuner vers 8h00 et départ pour Bettmeralp lieu du rendez-vous fixé par l’organisation.

D’après Viamichelin on doit pouvoir monter au village par la route, vers Mörel on se renseigne à un autochtone qui nous dit qu’il n’y a pas de route et qu’il faut prendre le téléphérique qui part de Betten. Le parking du téléphérique est déjà au 3/4 plein. L’organisation nous donne un ruban de reconnaissance et un petit tapis blanc et des mules blanches. Contrairement à l’avis de certaines personnes qui croient que tout est payé par Greenpeace, les 600 personnes ont toutes payé la montée en téléphérique. Le village de Bettmeralp est magnifique pas une seule voiture, seulement des petits véhicules électriques pour le transport des bagages ou pour la poste.

Après avoir traversé le village on reprend des oeufs qui nous déposent au pied du Bettmerhorn à 2643m. De là on emprunte un magnifique chemin de montagne qui nous mène au-dessus du grand glacier d’Aletsch. La marche dure 50 minutes, et nous voila à l’endroit ou Spencer Tunick a prévu sa première installation. Après quelques explications en trois langues nous voilà tous nus sur des rochers face à l’artiste qui nous place suivant son inspiration. A cet endroit l’air est un peu frais mais le soleil est de la partie et les rochers sont chauds. Les appareils photos de l’artiste et des journalistes crépitent. L’installation dure une vingtaine de minutes et nous voilà repartis pour une autre installation.

On reprend donc le même chemin qui nous emmène cette fois sur le bord du glacier. Déjeuner sur les rochers lissés par un ancien glacier. Après encore quelques explications pour utiliser nos tapis et nos mules et sur les différentes positions que l’on doit prendre, nous voilà sur le glacier. La température est plus fraîche on sent bien que l’on est sur de la glace.

Nous sommes divisés en 2 groupes, puis on se met nu et on avance vers l’artiste sur des coulées de glaces séparées par des crevasses. Plusieurs photos sont prises en position debout, je suis étonné une fois nu nous n’avons pas plus froid qu’habillé.

L’artiste nous demande de nous coucher sur le dos avec notre petit tapis sous les fesses et les mules sous les épaules, on sent la glace fondre sous le corps. Il est 16h environ quand l’artiste demande à ceux qui n’ont pas de train à prendre pour renter chez eux de rester pour une dernière installation.

Tout le groupe se déplace vers une partie du glacier qui forme une cuvette coupée par une crevasse. On est placé nu sur le côté, les corps se touchent, une femme est couchée sur mes pieds, la photo va être prise. On commence à bien sentir le froid qui monte, à ce moment un touriste habillé passe au-dessus de l’installation en plein dans le champ des appareils photos.

L’artiste est fou de colère, le temps que les organisateurs le fassent sortir du champ, nous sommes toujours allongés nus sur la glace, j’ai les pieds qui s’enfoncent. Le tapis ne nous isole plus beaucoup. Le froid commence à nous envahir, une rumeur s’élève de la foule enfin la photo est prise et l’artiste remercie tout le monde pour notre patience.

C’est fini, nous voilà sur le retour, on remonte vers l’Eggishorm puis on le traverse par un tunnel et le chemin nous emmène au téléphérique de Fiescheralp après 1h50 de marche rapide. Il est 18h00 on doit reprendre le train qui nous ramène à Betten où on a laissé la voiture.

Une journée magnifique et inoubliable, naturiste ou pas il fallait être là. Bravo à l’organisation qui a réussi à mobiliser 600 volontaires et j’insiste sur le mot « volontaire » sans qui rien n’aurait pu être mené à bien pour dénoncer le réchauffement climatique.

JP Guido
Voir l’album photo de cet evennement

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go