31 octobre 2020

WorldNakeBikeRide à londres 2007, vécue par Daniel.

Que de belles choses à vous raconter au retour de la "World Naked Bike Ride" de Londres.
Après moult discussions, repérages sur les divers sites qui mettent des plans à dispositions des internautes, réservation, par internet, de notre traversée sous la Manche et mise au point, rendez-vous était pris avec Jérôme et Pierre (un de ses amis que je connaissais déjà de par sa participations aux installations de Spencer Tunick à Bruges) ce samedi 9 juin vers 10 heures à mon domicile.

Pierre possédait trois petits vélos pliables, très pratiques pour pouvoir les ranger dans le coffre de ma voiture.

Il nous faudra plus d’une heure et quart pour rejoindre le lieu d’embarquements et de débarquements des véhicules et des passagers à Calais.
Je m’attendais à trouver compliqué l’embarquement dans le "Shuttle" mais en fait non, il m’a suffi de suivre les instructions données par les bornes d’enregistrements et de suivre les lignes de circulations qui mènent jusqu’à l’entrée béante d’un gigantesque wagon.

"Welcome on Angland"
Après trente cinq minutes de pose, nous débarquons de l’autre côté de la mer, à Folkestone, où le soleil est au rendez-vous lui aussi. J’avais préparé un panneau m’avertissant de rouler à gauche, pour le cas ou je serais trop fatigué(notamment au retour de la WNBR) pour m’en souvenir.
En fait, je me suis habitué très vite à cette méthode de circulation.

"Parking"
Je savais que le stationnement est, en règle générale, la circulation en voiture dans Londres sont particulièrement réglementés, j’avais repéré de par le "guide du routard" qu’il éxistait un endroit, situé au nord de la capitale où l’on pouvait se garer sans payer, mais le problème était qu’il se situé à plus de onze kilomêtres du point de rencontre à High Park.
Après avoir un peu "tournés" en rond nous finissons par stationner sur le bord d’une route, à proximité du centre commercial de Brant Cross Barnet.

"Préparatifs"
A peine sortis du véhicule, nous avalons quelques sandwichs et boissons, puis déchargeons et préparons les vélos.

"On the Road"
Nous laissons la voiture et mettons approximativement une heure pour rejoindre le rassemblement. Au bout d’un moment, Jérôme et Pierre se déshabillent et ne laissent juste un paréo en guise de short. Ce qui provoque l’hilarité chez certains passants et aussi des commentaires du style: "Ho my God"… "Very crazy"…

"Major problem"
Lorsque nous sommes sur le point d’arriver au lieu du rassemblement, je sens la pédale gauche se dérober sous mon pieds: le pas de vis de celle-ci est faussé et, malgré de nombreux efforts pour essayer de la réparer, y compris de certains participants, il n’est pas possible de la remonter. N’abandonnant pas pour autant, je décide de participer à cette fabuleuse manifestation qu’avec une seule pédale.

"Gathering"
Certains disent que nous sommes deux mille participants, moi, me référant aux installations de Spencer Tunick, j’en compte au moins trois mille. Tous rassemblés sur une herbe très verte, rendue multicolore, certains déjà nus, alors qu’il nous est demandé de ne l’être qu’à partir de quinze heures. Certains ont pris goût à se peindre de la tête aux pieds et d’autres, comme nous, ont choisi la simple nudité.
Côté appareillage, nous trouvons des byciclettes, des tricycles, des quadricycles, des tandems, des charrettes tractées par des vélos, des planches à roulettes ou bien des rollers.

"Departure"
Le signal du départ est donné, c’est une grande marée humaine qui s’abat sur la porte de sortie de High park, le tout bien encadré par des policiers à vélos aidés de "stewards" qui sont la pour nous guider sur ce long parcours. Plus loin, nous sommes mitraillés par les photographes de presse et reporters TV, mais aussi les badauds qui se sont pressés aux bords des trottoirs pour ne pas nous manquer. Beaucoup sourient, mais les automobilistes pressés par leurs activités, sourient beaucoup moins et ont plutôt tandance à vouloir forcer les barrages que forment les policiers à chaque carrefour que nous traversons.

"On the road still"
Vu le grand nombre de participants, j’ai rapidement perdu la trace de Jérôme et Pierre qui pédalent forcément beaucoup plus vite que moi.
Ce qui amuse beaucoup les passants, c’est la façon dont je m’y prends pour pédaler avec une seule pédale, sur un petit vélo et nu… J’amais je n’aurais imaginé traverser Londres vêtu de la sorte, enfin…plutôt dévêtu, j’en ris moi aussi tout comme les gens qui me regardent, même si cette situation inconfortable de devoir avancer de la sorte me fait souffrir.

"Return in the park"
Enfin, après deux heures poilantes (dans tous les sens du terme!…) et beaucoup de photos que vous trouverez dans mon album(toutefois, attendez quelques jours pour voir l’intégralité de celles-ci…), nous arrivons au point duquel nous sommes partis.
Beaucoup de maniferstants restent nus. Je retrouve enfin Jérôme et Pierre que j’avais perdu au début de la course. Beaucoup se sont allongés dans l’herbe et discutent.
Ce qui me parrait désagréable, se sont les attroupement de curieux qui se précipitent, avec appareil photos en mains, autour des groupes de protestant(e)s nu(e)s. Un peu comme si ils filmaient des bêtes dans un zoo…

"The end"
Environ une heure après la fin de la cycloparade, alors que les participants commencent à se disperser, l’un des organisateurs vient nous voir et nous demande de nous vêtir, car maintenant que la parade est terminée, nous pourrions avoir des ennuis avec la police Londonienne.

"Thanks"
Enfin, après une journée bien charger en émotions et en fatigue, nous suivons quelques cyclistes, parmis lesquels se trouvent des responsables de cette merveilleuse organisation, qui semble bien rodée, ils nous emmènent dans une sorte de "boîte de nuit", située dans la banlieue, nous buvons un pot, puis repartons par le métro avec nos vélos sous le bras. Il nous faudra encore "pédaler" un moment avant de retrouver la voiture.
Nous quittons Londres en se promettant d’y retourner l’année prochaine.

Ce fut encore un bon moment inoubliable.
Daniel

 



   
 






Une réflexion sur « WorldNakeBikeRide à londres 2007, vécue par Daniel. »

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go