20 octobre 2020

Randonue des culs frais – Naturisme toussaint 2006

Ce matin 1er novembre 2006, j’ai rendez-vous chez Christian pour une journée de naturisme et de randonnue.Au réveil un très beau ciel bleu m’attend, mais la température extérieure est de 4°C !Je prends ma douche, prend mon petit déjeuner et prépare mes petites affaires. A 9 :00, toujours nu comme tout bon nudien que je suis, je gratte la glace sur la vitre arrière de ma voiture et me voilà parti pour une heure de route.Vers 10 :00, j’arrive à destination, paré pour cette balade de naturisme en liberté.La température est maintenant de 8°C et le ciel est toujours aussi bleu. Christian m’accueil, comme à son habitude, nu et souriant. Nous papotons, choisissons un itinéraire et préparons nos affaires.Comme tout bagage nous décidons de prendre, pour moi : Une paire de chaussure aux pieds (avec chaussettes), un paréo, un short, un t-shirt et comme c’est ma première randonnue à 8°C un K-way si j’ai vraiment trop froid. Christian lui chausse des nu-pieds prend un short, un t-shirt et sa célèbre jupette à velcro.

Une petite bouteille d’eau, des jus de fruits, des biscuits et une carte complète notre équipement.Notre itinéraire a été choisi avec soin et humour par Christian. Notre randonnue débutera à découvert, pour profiter des rayons du soleil puis très vite nous nous enfoncerons dans le bois, bien nommé, de Culs Frais. Cela ne s’invente pas !De nouveau beaucoup de plaine avant d’arriver, tel deux Adams, dans la forêt d’Eve. Notre itinéraire formant une boucle, nous retournerons, par un autre chemin, dans le bois de Culs Frais. Que de poésie !
Vers 10 :45 nous voici parti, nu comme des vers verts, vers les verts paradis. Après avoir garé la voiture à proximité d’un cimetière, très fréquenté en ce jour, nous enfilons un short et un t-shirt pour aller voir le canal sur le Loing non loin.Ensuite nous nous dirigeons vers notre point de départ, nous traversons une route fort fréquentée et à un petit 100 mètres de la route nous voici dans notre tenue favorite.Il est 11 :00Au loin, les coups de fusils des chasseurs.Comme vous voyez, il fait beau et il doit bien faire 8°C.
Un arbre attire notre regard et immédiatement nos pensées s’envolent jusqu’en Corse où notre ami arboricole, Jacques, fait des randonnues sous des températures plus clémentes. En son honneur et pour notre plaisir nous voici :
Un arbre attire notre regard et immédiatement nos pensées s’envolent jusqu’en Corse où notre ami arboricole, Jacques, fait des randonnues sous des températures plus clémentes. En son honneur et pour notre plaisir nous voici :
Entre ces deux photos, nous avons croisé le regard surpris d’un chasseur dans sa voiture. Il roulait à une telle allure qu’il ne risquait pas d’être emporté par son élan ;-).
Christian trouve qu’il est encore trop habillé, alors il décide de retirer ce qui appelait pompeusement 😉 des chaussures. Le voici, comme au premier jour, dans le bois de Culs Frais.Un vrai Nudien avec la majuscule. Très vite, après en avoir eu marre de marcher dans la gadoue, je l’imite, non sans inquiétude.Finalement c’est très agréable de marcher pied nu sur ces chemins.
Une minute après cette photo deux personnes sur un quad sont passées probablement sans nous voir car nous nous étions enfoncé dans la forêt derrière nous.
100 mètres plus loin, nous croisons 4 chasseurs, armés, que nous saluons cordialement et qui ne réagissent pas plus que si nous étions habillés. Nous étions restés nu et naturel. Une belle et bonne rencontre.
 
Nous croisons bientôt des chevaux très intrigués par notre costume.Depuis un bon moment, le soleil était caché par les nuages et un vent froid tentait de nous décourager. Mais nous résistâmes sans problème : Le froid est piquant mais je ne frissonne même pas. Nous n’avons pas froid et marcher pieds nus est un vrai bonheur, surtout sur ce sol argileux et tendre sous le pas.
Peu après, nous traversons une route très peu fréquentée au dire de Christian, je crois que seule 6 ou 7 voitures (!) nous ont vu traverser la campagne dans le plus simple appareil.
C’est à ce moment que le soleil a réapparu. Nous décidâmes de faire une petite halte afin de nous sustenter à l’orée du bois d’Eve. Après plus d’une heure et demi de marche cela s’imposait. Petit jus de fruits, biscuit, eau et bien sûr, photo des Adams:
Mais bientôt une nouvelle épreuve nous attendait. Ou plutôt attendait mes pieds nus. Après le passage sur le bitume nous avons retrouvé le sol argileux et souple qui plaisait tant à nos pieds. Nous avons même pu faire un bon bain de pieds réparateur :
Nous voici à devoir traverser un champ fraîchement labouré, plein de petits cailloux et très sec. Mes pieds ont souffert mais en silence. Cette traversée fut longue et fort venteuse mais sous un beau soleil de novembre.Le thermomètre devait afficher 9°C et il était maintenant 13 :00.Au bout de ce champ : une route. Là encore, selon les dires de mon guide, elle devait être peu fréquentée. Mais plus de 10 voitures et camionnettes ont pu suivre notre lente évolution à travers champs. Il ne servait plus à rien de nous munir de notre paréo ou jupette pour traverser la route.
Après ce réconfort nous arrivions à la fin de notre randonnue.Nous re-voici au coeur de la civilisation.
Nous re-voici au coeur de la civilisation.
Ce château abrite probablement une sorte de colonie de vacances. Juste après cette photo un tracteur est sorti de la ferme château. Vraisemblablement il nous a vus et a signalé l’évènement à son entourage, car très vite nous fûmes suivis par deux jeunes garçons d’une douzaine d’année. Qui, après s’être assuré qu’ils ne rêvaient pas, sont retourné dans le château.
De retour chez Christian, après un bon repas préparé des mains de maître queue de mon hôte (Non ce n’est pas vulgaire, relisez lentement), nous nous sommes installé à son bureau pour découvrir nos belles photos et revivre cette superbe randonnue.Vive la toussaint, vive le mois de novembre !Jérôme, le 1er novembre 2006

10 réflexions sur « Randonue des culs frais – Naturisme toussaint 2006 »

  1. Et « viva la liberta »

    Que de bonheur, que de convivialité, que d’émotion…
    Le naturisme en liberté, encore embryonnaire aujourd’hui, a de beaux jours devant lui.
    C’est un formidable outil, et pas seulement contre la nudophobie de quelques esprits étriqués.

    Il est thermomètre pour les libertés.
    Il est catalyseur pour la créativité.
    Il fait oublier la peur,
    Il fait ouvrir le coeur,
    Il devient notre oxygène,
    L’authenticité sans la gêne
    Le conformisme nous donne la nausée
    Venez jouer et sourire avec nous, osez !

    Bien naturellement,

    Jacques du 91 (Essonne)
    j.freeman@free.fr

  2. bravo ! J’ai l’impression que la randonnue se développe et je cois que c’est un excellent moyen d’amener les gens à des idées saines et sereines sur le naturisme et ses bienfaits. Merci de votre témoignage qui est un exemple -parmi d’autres- mais qui donne envie et qui permet de partager.

  3. Bravo pour ce beau reportage. Marcher pieds nus dans la boue peut paraître peu ragoutant pour certains. Je peux asurer que c’est un bien être pour les pieds, aumoins autant que le sable chaud. Encore bravo pour le courage à affronter le froid

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go