25 octobre 2020

Pieds nus dans les alpages

Pratiquant régulièrement la randonue, j’ai découvert de nouvelles sensations en marchant pieds nus. Depuis deux ans, j’ai transformé mes randonnées en randonues. Mais, vivant dans une région de montagne, ces randos (-nées ou -nues) restent des sorties plutôt sportives d’au moins quelques heures de marche sur des chemins souvent caillouteux et raides. C’est donc des sorties avec sac à dos indispensable, pour emmener de l’eau, des vêtements de rechange en cas de changement de température (polaire, coupe vent imperméable), appareil photo et jumelles et bien sûr cartes et couverture de survie.

Si je suis nu pour me balader, j’ai néanmoins toujours gardé au pieds mes chaussures de marche. C’est que les chemins des montagnes sont le plus souvent pleins de cailloux et rochers, bouts de bois ou racines d’arbres, quant ce n’est pas des restes de plaques de neige ou de la boue. Rien qui donne vraiment envie d’être pieds nus.

Fin septembre, j’ai refait encore une fois une de mes sorties favorites dans le massif de la Chartreuse. Après quelques deux heures de marche, nu, dans la forêt, je suis sorti du couvert des bois dans une zone d’alpage. Enfin un paysage ouvert. Deux rangées de crêtes entourent un espace herbeux, parfois pentu, mais dégagé, à part quelques sapins sur les bords. D’un coté les rochers de Chalves, de l’autre le sommet de la Grande Sure, puis au loin les autres sommets de la Chartreuse, et au fond la chaîne de Belledonne. C’est un jour de semaine. Les marcheurs du dimanche ne sont pas encore là. A vrai dire, il n’ y a personne à perte de vue. De toute l’après midi, je n’apercevrai que trois silhouettes tout au loin.

Marcher pieds nus et éviter les bouses de vaches

Là, nu, seul au milieu de ce paysage grandiose, inondé de soleil, je me suis senti revivre, ou vivre, tout simplement.

Alors j’ai quitté mes chaussures, pour marcher dans l’alpage. Bon, l’herbe des champs à cette altitude n’est pas du gazon. C’est plutôt des touffes d’une herbe dure et sauvage qui a résisté aux neiges de l’hiver et aux mâchoires des vaches durant l’été. Mieux vaut avancer en regardant bien le sol pour éviter les chardons et autres plantes piquantes et les bouses de vaches.

Mais quelle sensation de bien-être de fouler cette herbe là.

Une sensation d’être vraiment et complètement nu !

8 réflexions sur « Pieds nus dans les alpages »

  1. Quelle belle expérience! Depuis ce printemps, mes pieds ont aussi retrouvé la liberté, quel bonheur de sentir la chaleur du sol, la fraîcheur de l’herbe humide, toutes ces sensations que nos pauvres pieds emprisonnés dans des godasses ne sont plus capables de nous transmettre… Après quelques mois, la peau s’épaissit et l’on peut faire de longues balades sans problème. De plus, c’est bien plus hygiènique que de transpirer dans des basquettes à longueur de journée. Parents, laissez vos enfants jouer pieds nus!. Hélas, dans notre société, marcher pieds nus nous fait passer un peu pour des marginaux. Heureusement que la loi n’interdit pas le naturisme des pieds!

  2. Finalement, au bout d’une semaine, mon infirmière personnelle a fini par retirer les trois épines qui étaient plantées sous mon pied. Comme quoi, mieux vaut être bien entouré pour pratiquer la randonnue.

  3. Pour marcher pieds nus, il faut y aller progressivement, au début choisir des sentiers herbeux ou sablonneux et surtout un entrainement progressif. Il faut plusieurs mois pour durcir la peau. Bien évidemment on peut faire de la randonue avec des chaussures confortables, mais, sans, c’est un plus et on peut aussi faire de la « rando textile » pieds nus.

  4. …et oui, marcher pieds nus, ça se prépare! mais une fois prêt, c’est un vrai régal!
    (au risque de me faire excommunier, je préfère marcher pieds-nus mais étant habillé que l’inverse… le top, c’est qui n’y vraiment plus rien entre notre corps, la terre et l’air…)

  5. Même si je ne randonne pas pieds nus comme tu le fais; je me rapproche de ce que tu évoques car je passe le plus clair de mon temps nu et pied nus l’été (je ne remets des chaussures que contraint)…
    C’est vrai que parfois la végétation ou des « oublis » de nos amis domestiques rendent cet état un peu délicat mais pour moi, je ne me sens bien et nu sans réellement aucun vêtement, même aux pieds…

  6. ma cousine habite la suisse pays tres connu pouer ses alpages (souvenez vous Heidi)
    elle n’est pas du tout naturiste mais comme moi oui c’est sur sue pouvoir se promener dans les alpages nu cela doit faire un bien fou.
    allez continue comme ca

    christophe

  7. Oups j’ai fait une fausse manoeuvre : je disais que marcher dans les bouses étaient plutôt saint et l’odeur n’est pas si désagréable.
    Quand aux chardons, chataîgnes, ronces, ajoncs et autre fènes de hêtres, le gel ou le neige le pied s’y fait avec l’habitude, des soins et des onguents, ça fait les pieds.
    Non, d’expérience regarder où on pose le pas évite de s’éclater un orteil contre une pierre.
    Le plus dangereux reste pour moi le sol glissant de l’herbe sèche sur forte pente : gare aux brûlures et aux frayeurs !

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go