21 octobre 2020

On ne se sent pas si mal sans son caleçon

"Tomber les sous-vêtements pour se rapprocher de la nature
Si nous sommes né à poil, pourquoi ne pas le rester?" Telle est la devise des quelque 4000 Romands qui s’adonnent aux joies du naturisme pendant la belle saison. Incomprise, encore taboue, cette pratique fait pourtant de plus en plus d’adeptes, souvent obligés de se cacher pour pouvoir vivre dans le plus simple appareil.
«On présente la nudité comme un énième péché, alors qu’il n’y a rien de plus naturel ! » Une bière à la main, à poil devant son bungalow du Camping Club Léman (CCL) de Préverenges (VD), Rod accueille le journaliste et le photographe du «Matin» qui ont timidement tombé le caleçon pour l’occasion. A l’abri des regards le long de la Venoge, le camping compte environ 300 amateurs de cette activité, qui passent leurs journées entre baignade, pétanque et farniente dans un cadre idyllique.

"La nudité s’expose partout, mais les jeunes sont de moins en moins libérés" Georges, 59 ans. Photo © Yvain Genevay

Les paradoxes de la société
Ancien ingénieur commercial, l’alerte septuagénaire au bronzage impeccable est venu au naturisme de la manière la plus naturelle qui soit: "J’avais 18 ans et j’habitais à Genève. Il y avait une petite plage au bord de l’Arve. Je me suis vite rendu compte qu’on ne se sent pas si mal sans son caleçon…" A l’époque, se baigner tout nu fleurait le scandale. Aujourd’hui, la société aligne les paradoxes, selon les pensionnaires du CCL. "La nudité s’expose partout, mais les jeunes sont de moins en moins libérés. Allez à la sortie d’une boîte et proposez-leur de venir faire un tour ici, et vous verrez leurs réactions", explique Georges (59 ans), ancien ingénieur en informatique dans une banque. Le problème, c’est que la nudité est de plus en plus liée aux performances sexuelles. Par conséquent les gens ne sont pas à l’aise et se demandent si leur voisin en a "une" plus longue ou si leur copine a de plus beaux seins. Quand on observe la gymnastique que font certaines personnes avec leur serviette pour se changer sans qu’on voie leurs fesses, ça nous fait mourir de rire " poursuit son compère.

Les naturistes du Camping Club Léman affirment que leur mouvement n’est pas lié à la sexualité. "On ne se juge pas. Tout nus, nous sommes tous les mêmes. Une grosse femme se remarquera moins à poil que si elle est en bikini", avance Rod. Car les voyeurs, c’est surtout parmi les "textiles" qu’on les trouve. "Chasser les mateurs, c’était notre but du samedi dans les années 1960", se souvient-il en caressant sa moustache. "On en a une fois attrapé un sur un arbre qui tentait de nous apercevoir par-dessus la clôture. On l’a attaché au camping avec une ficelle toute la journée pour qu’il puisse mater. Il faut croire qu’il en avait vu assez, puisqu’il n’est jamais revenu."

Les naturistes se considèrent souvent comme des incompris

Malgré l’évolution des moeurs, le naturisme serait-il encore tabou? "Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens tout nus?" demande Georges pour toute réponse. Conséquence: les naturistes se considèrent souvent comme des incompris. "Certains nous accusent d’enrôler nos enfants sans leur demander leur avis, alors que nous leur offrons un regard sain par rapport à la nudité", poursuit Rod. "Les miens n’ont abandonné le naturisme qu’à l’âge adulte, sous la pression de leur conjoint. Et pourtant, quand on a l’habitude de se promener à poil et qu’on remet le caleçon, c’est pénible…"
MICHEL JEANNERET""20 août 2005
http://www.lematin.ch/nwmatinhome/nwmatinheadactu/actu_suisse/_on_ne_se_sent_pas.html

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go