23 octobre 2020
Non classé

Histoire d’une scène de violence à la Jenny

"les panneaux de la discorde" .

Étant en vacances à la Jenny en Gironde depuis le 3 juillet, je persiste depuis le 12 juillet 2004, dans ma propagande anti-textile et mets régulièrement des panneaux sur mon vélo, qui ont pour but de faire réagir les vacanciers à propos du respect de la nudité en zone naturiste.

Depuis 3 jours donc, vers le 23 juillet 2004, mes panneaux sur mon vélo "Propagande Anti-textile", et donc "Pro Naturisme" ce qui va de soi en Zone Naturiste, avaient tendance à disparaître régulièrement.

Je posais mon vélo, muni de ses panneaux, en évidence avant l’accès à la plage, et ceux-ci étaient dérobés et arrachés régulièrement. Il y avait donc au moins une personne qui n’appréciait pas la propagande pour la nudité en Zone Naturiste.
Notre itinéraire familial faisait que nous repassions au bungalow, je me fournissais de nouveau en panneaux, et puis direction la piscine, vers 18h. Après un bain mérité et une cure de soleil, il était temps de rentrer, et oh surprise, plus de panneaux sur mon vélo !

Vous êtes en Zone Naturiste.
Êtes vous nus ?

Ceux-ci avaient été de nouveau arrachés.

Sur les 2000 personnes du centre, côtoyés depuis début juillet, il y avait maintenant, au moins une personne hostile et qui, comme je le proposais sur le panneau présenté plus bas, aurait pu aussi faire sa propagande en criant haut et fort "Oui aux Vêtements en Zone Naturiste !"

Mais non, la solution la plus simple consistait à arracher les panneaux de mon vélo, ce qui est en soi une violation de bien privé.

Aujourd’hui vers 16h, alors que j’accompagnais mon fils à son baptême de plongée, mon vélo était en évidence à quelques mètres de moi, j’aperçois une furie (toute habillée) arrachant violemment mes panneaux et les emportant avec elle, je me précipite pour récupérer mon bien et m’expliquer avec cette personne. Dans la fougue de l’action, je pousse cette dame qui ne tombe pas mais qui malencontreusement fait chuter un petit garçon situé derrière elle, le gâteau qu’elle portait tombe également.

De là s’ensuit une altercation avec toute la famille, me voilà entouré de 3 ou 4 personnes, je reçois 2 gifles de la part de la fille, puis d’un homme vêtu d’une djellaba (c’était bel et bien le cas !) , 1 coup de journal sur la tête, mes lunettes Vuarnet tombent par terre et se tordent, les verres se détachent. Je tiens tête, les moniteurs présents viennent s’interposer.
Je finis par repartir vers la piscine avec mes panneaux arrachés et reviens quelques instants après, une paire de ciseaux de cuisine à la main pour couper mes fils d’attache et refaire mon panneau. Le groupe était encore présent et m’interpellait, je me dirigeais vers eux pour une explication orale. Je remets les ciseaux au directeur technique Franck Petit présent sur les lieux pour éviter tout geste mal interprété, mais la discussion ne pouvait avoir lieu dans le climat d’hostilité qui régnait. L’arracheuse de panneaux me menaçait de procès et je la traitais de "Textile non désirable" et lui indiquais que sa place n’était pas ici, ce à quoi elle me répondait que c’était moi qui était en trop à la Jenny.
Je repartais donc vers la piscine, le directeur technique me suivais et me redonnait les ciseaux en m’indiquant que "je répondrais de mes actes".

De retour au bungalow, vers 19 h les gendarmes contactés par soit la direction , soit par la textile, viennent prendre ma déposition et m’indiquent qu’ils conseilleront les 2 parties de s’abstenir de déposer plainte de part la réciprocité des gestes agressifs qui ont eu lieu.

Comme quoi on peut être naturiste et rebelle, la tolérance a ses limites et certains textiles envahisseurs et agressifs peuvent être remis à leur place.

Gilles

PS : Pour ceux qui veulent se faire taper dessus, les panneaux sont disponibles dans la rubrique "download" !

Suite de l’histoire :

La textile a cru bon laisser sa plainte à la gendarmerie, j’ai donc moi même été porter plainte pour le vol de mes panneaux et plainte contre les 2 assaillants qui sont la fille et le gendre de cette arracheuse.
Un couple avec qui je discutais juste avant, a été témoin de la scène et a pu donner sa version des faits à la gendarmerie.
Les gendarmes ont bien saisi la situation et m’ont indiqué que cette affaire avait pris une proportion démesurée par rapport au problème.
Ils ont effectivement autre chose à faire !
Aujourd’hui 30 juillet 2004 mes panneaux ont de nouveau été arrachés à la piscine sans que je m’en aperçoive : Bravo les textiles , quel courage !

Ceux qui sont intéressés peuvent consulter le https://www.naturisme-france.com/2004/07/29/reglement-interieur-du-village-de-la-jenny/

39 réflexions sur « Histoire d’une scène de violence à la Jenny »

  1. Bonjour à tous,
    Ce récit est stupéfiant, c’est même une honte!!! N’étant jamais allé en centre naturiste, je pensais que tout le monde y était nu (sauf exception comme les femmes une fois par mois, temps vraiment froid, etc…) mais je vois que non! Le pire là-dedans c’est que c’est notre ami Gilles qui passe pour le criminel! C’est le monde à l’envers…Et surtout CARTON ROUGE au directeur technique du centre qui aurait dû tout simplement expulser ces textiles !!! N’existe-t-il pas dans le réglement intérieur un texte interdisant d’être vétu sauf pour raison médicale (angine, etc…). Car c’est un manque total de respect de ces gens qui viennent habillés agresser un homme nu dans un domaine naturiste!!! A ces gens là on ne leur dit rien, alors que quelqu’un nu dans un lieu textile risque quand même la prison! Il faudrait peut-être y venir pour les textiles habillés en zone naturiste car ces gens là ne sont ni plus ni moins des pervers sexuels qui viennent se rincer l’oeil à notre dépend. Voir plus pour certain textiles qui mattent des jeunes filles en très bas âge. Et il me semble que pour ces gens là c’est la prison en temps normal? Mais en fait c’est notre ami Gilles(qui était dans son plein droit dans un lieu naturiste) qui a failli y aller!!!
    En conclusion je pense qu’il faudrait modifier la loi et que toute personne habillée dans un lieu naturiste (sauf comme je l’ai dit cas exceptionnel) soit soumis à une enquête judiciaire car pour moi ces gens là ne sont que des pervers sexuels matteurs et qui n’ont rien à faire dans notre environnement qui est comme vous le savez le plus sain au monde.
    Je sais que mes propos sont rudes mais peut-être qu’une lois comme celle-là éviterait le passage à tabac d’un honnête naturiste dans son propre milieu par des gens qui n’ont rien à y faire.
    ET JE LE REPETE : CARTON ROUGE AU DIRECTEUR TECHNIQUE!!!!!!
    A bon entendeur
    Guillaume

  2. Bonjour à toutes et tous

    J’étais moi même à la JENNY du 27 juin au 11 juillet 2004.
    J’ai connu Gilles au tir à l’arc et ses trois garçons aux échecs pendant ma 2nde semaine de vacances.

    Je suis outré par le récit que je viens de lire.
    Non seulement ces textiles nous imposent leurs atours superficiels et peu naturels mais osent s’en prendre à ceux qui essaient de rappeler les règles minimum de convivialité en zone naturiste.
    Comment se fait-il que le centre n’expulse pas ces facheux intolérants envers les naturistes dans un domaine résidentiel qui se dit naturiste.
    Je ne sais pas si je renouvelerai mon séjour dans le futur si La Jenny ne présente pas des excuses à Gilles et à l’ensemble des résidants et estivants choqués par cette affaire.
    La Jenny est un jardin d’Eden ne le laissons pas être perverti.
    Je vous propose donc tous d’écrire au directeur de La Jenny afin de lui rappeler ses devoirs, lui demander des explications et les actions qu’il compte mener pour que ce genre de personne ne perturbe pas nos vacances.

    Cordialement

    Didier

  3. J’avais entendu du bien de la jenny(,le seul centre que je connaisse est cap nature).Ce qui t’es arrivé est choquant et inadmissible,défendre notre conception du naturisme comme tu le fais est formidable même si je ne me sentirais pas d’agir comme toi.BRAVO

  4. Quelle honte…

    Quand je lis cet article et tout les autres concernant la jenny, il est une seule chose qui me vienne à l’esprit…. je n’y passerai pas mes prochaines vacances !!!

    Nous nous recherchons le calme et le plaisir de pouvoir vivre nu sans se prendre la tête à se dire qu’on est des extraterrestres, et sans se dire non plus qu’il faut lutter pour que la nudité dans le centre soit respectée, ce n’est pas notre boulot !!!

    Enfin j’aimerais dire aux gens et à la direction du centre, qui louent leurs bungalows, qu’ils ont intérêt à réagir rapidement avant que le centre ne devienne ce que tout ces gens recherchent…. un centre de vacances textiles…

    Dommage…..

    Bon courage à toi gilles et bonne natitude à tous

  5. Bonjour à tous,

    C’est le monde à l’envers. J’avais entendu parler en bien de la Jenny, du temps oû je ne pratiquais pas et j’invitais à essayer le naturisme dans ce centre. J’ai démarré il y a deux ans dans un centre de ma région, et pourtant les patrons ne sont pas naturistes mais la nudité est respectée à 100%.Non seulement je ne mettrai jamais les pieds à la Jenny, mais je donnerai des consignes de boycott sur tous les forums naturistes auxquels je participe.
    courage Gilles tu as notre soutien!
    amitiés naturistes.

  6. M. Patrice G., directeur,
    Domaine résidentiel naturiste La Jenny
    (copies aux sites web et associations francophones)

    Cher monsieur G.,

    Pour notre famille et nous, ainsi que les amis que nous avons amenés, nos nombreux séjours à La Jenny à partir de 1989 sont d’excellents souvenirs, et même si nous regardons de temps en temps vers d’autres destinations, La Jenny reste sur notre liste de projets de vacances.

    Donc ce qui se passe à La Jenny continue de nous intéresser et nous concerner.

    C’est avec inquiétude et mécontentement que nous avons tous appris l’incident non anodin survenu au détriment d’un naturiste authentique, M. Gilles .
    N’ayant pas été présents sur les lieux, nous nous faisons une opinion en allant à l’essentiel, écartant toutes considérations sur la manière dont M. a mené son action et toutes considérations annexes.

    L’essentiel, à nos yeux, réside dans les points suivants :

    1. Dans un centre naturiste, un incident a opposé un naturiste sensible au respect de l’éthique à des personnes habillées (dont un homme costumé de façon longuement et lourdement textile, à ce qu’il semble). La question de savoir qui était indésirable à La Jenny, dans cette affaire, appelle une réponse évidente : ces personnes habillées ont le profil (et même pire !) d’indésirables que nous vous avons vu exclure poliment, énergiquement et immédiatement dans les années 90, et nous vous avons approuvé sans réserve.
    Encore une fois, peu nous importe qu’il y ait (ou qu’il n’y ait pas !) des objections à faire au sujet des modalités de l’action de M. : l’incident ne se serait pas produit s’il n’y avait pas eu à La Jenny des faux naturistes, teigneux de surcroît, et culottés au sens littéral comme au sens figuré.

    2. Le refus de l’intrusion de faux naturistes n’a aucun rapport avec une supposée attitude d’ « ayatollahs du naturisme ». Il s’agit tout simplement du fait, auquel vous avez toujours accordé une grande importance, qu’il est très désagréable et gênant pour des vrais naturistes, d’être contemplés nus par des gens habillés. Une telle situation fausse peut détériorer des vacances, et nous comprenons parfaitement qu’elle puisse déclencher des réactions.

    Donc, nous vous approuverons une nouvelle fois sans réserve lorsque vous aurez envoyé ces indésirables, source unique de l’incident, sévir ailleurs.

    Avec nos remerciements, nous vous prions d’agréer, cher monsieur G., l’expression de nos meilleures salutations.

    Christian G

  7. Moi qui pensais avec mon amie passer le cap du nudisme de la plage…(enlever nos habits sur la plage a pris qd même un été ! mais quel plaisir par la suite !) nous avions passé a cote de la Jenny début juin et l ambiance nous plaisait …enfin de ce que l on pouvait voir de l’extérieur….

    Maintenant, on va voir ailleurs alors …

    Bonnes vacances a tous
    Jeunes débutants …

  8. Bravo ..
    Même si je suis plutôt pessimiste sur l’avenir de « La Jenny » voir l’ensemble des domaines de France 4 étant donné les diverses réactions sur ces centres.
    Je vois mal Mr G. « virer » des propriétaires ou des invités de propriétaires du domaine lesquels se croient à juste titre dans leur résidence secondaire, en faisant bien souvent fi du règlement interne du domaine sur lequel ils résident….

  9. Un simple bémol, ok cette dame n’a pas à toucher à ces panneaux même si elle n’est pas d’accord , mais le calme et le respect appartiennent au naturisme non? Quand vraiment la tension monte, plutot que de « pousser », l’évitement me parait approprié et le directeur du centre doit lui faire son travail.

    Amitiés naturistes.

  10. Bonjour Promethe,
    Le directeur du centre n’apprécie certainement pas mes panneaux, puisqu’ils sont mon seul moyen d’expression dans un domaine « le respect de la nudité », qui n’est pas son cheval de bataille.
    Le sien en tant que directeur, serait plutot commercial , tel que le remplissage des locations estivales accessibles à tous, y compris les textiles.
    En ce qui concerne la « tension qui monte », on pourrait dire que celui qui s’amuse avec le feu peut se bruler les doigts.
    C’est sans doute très amusant pour certains de se faire dérober ou déchirer des supports de marques plusieurs fois par jour.
    Mes marques à moi ce n’est pas proner du Lacoste ou autres marques célèbres mais simplement le reflet de ma liberté de penser.
    De plus au vu de la situation , il n’aurait servi a rien que je m’approche calmement pour reprendre mes panneaux, la furie en question se serait sans doute déchainée de plus belle.
    Ta politique serait plutot : on te gifle la joue gauche , tends la joue droite !
    Tu peux l’appliquer si tu veux , ce n’est certainement pas mon cas, la création de ce site web en est un des exemples.
    Quand à la « tolérance des naturistes », c’est un terme souvent employé par des gens qui veulent que le naturisme devienne : Ici on fait ce qu’on veut nu ou habillé, chacun est libre.
    On pourrait étendre la tolérance à toutes les incivilités habituelles: bruits, détritus jetés, vols, voyeurisme, etc…
    Eh non , les naturistes sont tolérants aux beaux, aux moches, aux vieux, au gros, aux noirs, aux homos, aux handicapés, aux etc….
    Ils ne sont pas tolérants à l’irrespect des règles : En espace naturiste la règle c’est la nudité.
    Si des voisins de plage se mettaient à allumer leur poste de radio en écoutant une musique ou émission qui arrive a mes oreilles et me gene, je me leve et leur demande de couper ou s’eloigner.
    Ma tolérance a des limites
    Cordialement et naturistement
    Gilles

  11. Je suis affligé !

    Les intégristes du naturisme ont tous les défauts des intégristes en général : ils fustigent, tentent d’imposer, polémiquent et provoquent, jusqu’à l’affrontement.

    Il ne respectent en rien la liberté des autres. Ils veulent des camps nudistes, et n’ont rien à faire dans un domaine résidentiel naturiste.

    Militants bornés, zélotes écervelés, activistes énervés, PASSEZ VOTRE CHEMIN. La Jenny se porte remarquablement bien si l’on considère le difficile équilibre entre les LIBERTÉS individuelles et les RÉGULATIONS collectives.

    Et nous y sommes heureux depuis des années, justement parce que notre liberté est respectée. Apprenez à être nu devant quelqu’un qui ne l’est pas, comme vous demandez aux textiles de regarder sans discrimination un naturiste. De quoi avez-vous donc peur pour être aussi agressifs ?

    Merci monsieur d’aller désormais vous défouler ailleurs, adieu, et sans regrets !

  12. Bonjour Zamo,
    En France les libertés des textiles c’est de se retrouver dans 99,99999% du territoire, les pauvres naturistes n’ont sans doute que 0,00001% d’espace. Si certains à la jenny me considèrent comme intégriste, ce sont tous les naturistes qui sont à considérer en tant que tel. En effet, mon seul tort est de réclamer le respect du règlement intérieur qui est bafoué à longueur de journée par des familles entières qui ne sont pas venues passer des vacances naturistes, mais des vacances textiles en zone naturiste. Le naturisme existe depuis le début de ce siècle, mais certains le font mourir lentement par appât du gain (louer a des textiles plutôt que ne pas louer) , par laxisme (ça marche comme ça pourquoi changer), par trop de tolérance (nos conjoint(e)s sont parfois frileux(ses) pendant de longues années de naturisme !), par manque de diffusion d’informations sur les bienfaits de la nudité en commun : voir le livret d’accueil aux naturistes.

    L’appellation camp de nudiste est plutôt le terme péjoratif pour centre naturiste. En partant d’une zone textile, quand je vais sur une plage ou on peut se mettre nu , là je fais du nudisme. C’est un état ponctuel de nudité. La nudité du vivre nu c’est toute la journée. Mais certains ont du mal à l’envisager et à se défaire des habitudes textiles du reste de l’année, du mal à enlever ne serait ce que pour quelques semaines les apparats, les marques et tout ce qui constitue le paraître. Certains penseraient : « Est ce vraiment convenable de circuler nu dans les allées et partout dans le domaine ? »

    Les libertés individuelles, effectivement il faut bien en parler. Que penser des furies textiles qui s’acharnent à déchirer et dérober le moyen d’expression d’autrui.

    Quand à demander à un textile de regarder un naturiste sans discrimination, on en est pas encore là. Quand toutes les plages françaises seront ouvertes aux estivants nus et emmaillotés mélangés, on aura franchi un sacré étape, mais c’est loin d’être le cas.

    Toutes les personnes qui me connaissent réellement savent bien si je suis agressif ou pas A mon avis nous ne nous côtoyons pas !

    Quant à avoir peur, pas vraiment. Mais ce qui m’inquiète c’est effectivement la volonté de tuer le naturisme tel que défini par la fédération Internationale :
    Le naturisme c’est une manière de vivre en harmonie avec la nature caractérisé par une pratique de la nudité en commun, qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect d’autrui et celui de l’environnement.

    Cette définition est bien sympathique, mais certains meurtriers du naturisme , aveuglés par les notions décrites ci-avant tentent de l’escamoter.

    En effet la nudité en commun est un des fondements du naturisme, et c’est bien grâce à ce concept qu’on été créés les centres naturistes, il ne faut pas l’oublier.

    Je vois mal la création d’un nouveau concept :
    Le naturisme textile c’est une manière de vivre en harmonie avec la nature caractérisé par une pratique de l’habit en commun, qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect d’autrui et celui de l’environnement.

    Cordialement et naturistement
    Gilles

  13. Dis donc Zamo ça va les chevilles ?
    Et courageux en plus ! Et çà se cache sous un pseudo ! On ne voit ni ton nom ni ton prénom ! T’as peur d’être repéré ! Pauvre petit !
    En tout cas je suis allé une fois à la Jenny, je n’y retournerai plus. Car non seulement c’est le royaume du paraître, l’empire du « m’as-tu-vu », mais j’ai vu quelques fois des personnes habillées prendre des panoramiques de la piscine au moyen d’un camescope numérique.
    Il y avait des paparazzi voyeurs. C’était les maitres nageurs qui allaient les en empêcher, mais ils avaient d’autres chats à fouetter avec la sécurité dans la piscine.
    Mais bon, quelques personnes nues en photos sans qu’on leur demande, au risque de se retrouver sur le web dans les heures qui suivent, ce n’est sans doute pas grand-chose pour un valeureux combattant de la liberté comme toi.
    Frédéric

  14. Cher Gilles,

    Je comprends parfaitement ton avis et je le partage ; j’essaie simplement de te montrer qu ‘en déchainant ta « passion » tes adversaires auront raison de ta  » raison » . Essaie de contourner le problème peut etre , mais à mon avis « le type en colere  » passe toujours pour « le type qui a tort » malheureusement , même si la colere est justifiée.

    Amitiés de Julie.

  15. Zamo, vous êtes affligé? …. moi aussi!

    Votre argumentation, qui n’en est pas une est affligeante en effet, et conduit tout droit à la suppression du naturisme.

    Je ne suis pas étonné que vous confondiez ainsi « naturisme » et « nudisme ».

    C’est quand même « un peu fort de café » que vous osiez ainsi écrire « Il (sic) ne respectent en rien la liberté des autres » … donc, selon vous, les espaces naturistes sont faits pour que les textiles les envahissent? (êtes vous textiles ou nudistes? en tout cas, pas naturiste!)

    Si vous voulez pratiquer le « naturisme habillé », vous avez la liberté de le faire dans 99,99% du territoire, ne venez pas envahir et traiter d’intégristes ceux qui veulent pratiquer le « naturisme nu » (et non nudiste, comme vous l’écrivez) dans les 0,11% qui sont réservés au naturisme…

    D’accord, G. n’aurait pas du s’énerver, mais l’attitude de cette dame est inqualifiable.

    Pouvez vous avoir conscience du fait que les « naturistes nus » (même non intégristes) sont génés par la profusion des textiles qui envahissent les centres? Je ne suis pas sûr que vous soyez en mesure de comprendre…. Vous faites une application de mauvaise foi de l’adage « la liberté des uns s’arrête là où commence la liberté des autres ». Ce qui me fait peur, c’est que vous écrivez « nous y sommes heureux depuis des années, justement parce que notre liberté est respectée » …. Naturistes, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

    Votre dialectique est redoutable et dangereuse… Elle transforme la victime en accusé… et inverse les règles….

    Non, Monsieur, dans un lieu naturiste, il n’y a pas de liberté d’être habillé. De même que dans un lieu textile, il n’y a pas de liberté à être nu. Vous défendez VOTRE liberté d’être habillé dans un centre naturiste, défendez vous en retour la liberté d’être nu dans un lieu textile? On a la liberté de venir dans un lieu naturiste, et lorsqu’on y est, on respecte la règle de la nudité. Un point c’est tout… Nul n’est obligé de venir dans un lieu naturiste. Quand on y va, on sait qu’on doit être nu, pour le respect des autres qui à leur tour doivent aussi être nus.

    En l’espèce, il s’agissait des affiches fournies par le centre… Cela veut dire que cette dame s’appliquait sa liberté de ne pas respecter la règle établie par la direction….

    … et cessez de traiter d’intégristes ceux qui ne sont que de simples naturistes respectueux de l’éthique. Vous me semblez mal placé pour déterminer qui est intégriste. Comme disent les enfants, « c’est celui qui le dit qui l’est »…

    Claude

  16. Bonjour à tous, Bonjour Gilles,
    De retour de vacances, je prends connaissance de ce triste fait et je suis surprise par l’attitude du directeur technique :
    Gilles, avais-tu demandé l’autorisation pour apposer tes affiches?
    Quoiqu’il en soit, la leçon à retenir est bien de garder son calme en toute circonstance!
    Bon courage!

  17. Bonjour,
    Je reviens de 2 semaines passés à la Jenny pour notre première expérience avec ma femme et mes 2 enfants. Nous y avons passé 2 semaines de paix et de chaleur humaine, nulle part ailleurs nous avions trouvé cette tranquilité et ce bonheur d’être en vacances.
    Je suis attristé et à la fois choqué par cette histoire. Attristé que les gens continuent d’être aussi intolérants les uns envers les autres. Pourquoi dire que cette personne portait une « djelabah », il faudrait ne pas tout confondre. Il était habillé, voilà le fait. Choqué que des personnes puissent en venir si vite aux mains, sans prendre la peine de parler, d’argumenter. Je n’étais pas présent, mais pendant notre séjour, il y avait effectivement des « faux naturistes ». Soit, ce n’est pas dans l’éthique du centre, mais faut il pour autant les considérer comme indésirables et les « chasser ». Où est la tolérance ? Je sais aussi que les textiles ne sont pas tolérants envers les naturistes, mais est-ce une raison pour être aussi « bête » qu’eux ?
    Il me semblait que l’éthique naturiste était la tolérance et le respect. Je ne vois rien de cela dans les propos que j’ai lu ici. Je suis naturiste car j’aime être nu dans un environnement naturel, en contact avec des gens qui partagent les mêmes idées et convictions que moi. Mais si je vois des textiles, je ne m’en offense pas, je me dis qu’ils perdent quelque chose mais qui sait, peut être deviendront-ils des purs naturistes un jour …

    PS: Je ne dis pas bravo à la Direction de la Jenny qui, de toutes façons, n’est pas naturiste pour un sou, ou au contraire à cause des sous !

  18. C’est nous qui sommes certainement plus affligés par votre aveuglement!
    Qui êtes vous pour écrire celà?
    Vous n’avez pas même pas le courage de vos opinions en les signant.
    Vous vous cachez certainement derrière votre anonymat comme derrière vos parures textiles.
    Pour attendre une attitude de tolérance, il faudrait déjà un minimum de respect des règles du lieu et des personnes qui les respectent.
    Gilles n’a jamais montré d’animosité envers quiconque de respectable.
    Mais plutôt envers une destructrice de bien privé, qui n’ a aucun droit au chapitre dans un lieu naturiste.

    Rassurez vous, nous ne comptons pas sur votre accord pour protéger l’avenir du naturisme.
    Il y a des combats qui méritent d’être soutenus, dommage que vous n’ayez pas l’intelligence de le comprendre.

    Allez vous faire voir habillé ailleurs.
    Et au plaisir de ne pas avoir à vous rencontrer.

  19. Content de te voir « reprendre les rennes » Gilles.

    Je n’ai pas ton talent en matière d’écriture ni ta patience il est vrai face à ces réactions virulentes textiles, quelles soient orales ou écrites.

    Nos recherches de centres 100% naturistes et ces réactions en provenance de « naturistes textiles » nous montrent que la première destination au monde pour la pratique du naturisme risque bientôt de perdre sa place.

    Très égoïstement donc, nous garderons les « bonnes adresses » afin de ne pas être pollués par des gens qui n’assument pas et ne respectent pas notre … minorité.

  20. Je viens de passer deux semaines à La Jenny, je peux dire que la textilisation n’est pas pire qu’ailleurs, CHM ou Euronat….
    Elle est respectée à 100% à la piscine (les animateurs se donnent beaucoup de mal…)
    Concernant la plage, il est impossible de la faire respecter dans la mesure où la plage est un domaine public où le naturisme est toléré.
    A mon avis , la Jenny est un centre de vacances textile doté d’une piscine naturiste.
    Maintenant pour l’histoire dont vous parlez, comme j’ai eu sur place des échos bien entendu différents que ceux exposés dans vos lignes, je ne prendrai pas partie car absent au moment des faits. Ceci dit, je crois que toute attitude extrémiste voir intégriste nuit à la défense et au respect d’une cause.
    En ce qui me concerne, j’ai 35 ans de naturisme et je n’ai pas été choqué de voir des gens habillés principalement chez eux, dans les allées, sur leur selle de vélo non protégée ou à la superette, cette textilisation touche principalement les jeunes et plus précisément les ados lorsqu’ils sont seuls ou en petits groupes, mais cette même jeunesse respecte la nudité lorsqu’elle est encadrée par les moniteurs des club ados et teens.( bravo!!! aux animateurs qui respectent l’éthique toute la journée pour montrer l’exemple).
    Une chose est sure, c’est que j’ai réussi à faire passer des vacances très agréables à un couple d’amis avec ses deux enfants farouchement hostiles au naturisme, La Jenny est une approche très positive pour des nouveaux venus, c’est un paradis pour les enfants. Je préfère cotoyer des textiles dans une ambiance saine et sécurisante pour les enfants qu’au Cap d’Agde, 100% naturiste, où je ne laisserais pas mes enfants seuls 5 minutes.
    Pour finir, en ce qui me concerne, lorsqu’un lieu de vacances ne me convient pas, je n’y retourne pas et le problème est réglé, aprés cela que la direction du centre de vacances veuille virer textile ou naturiste ou mixte, cela n’est plus mon affaire.
    voilà, bonjour à tous. OSKAR

  21. Bonjour oskar,
    La textilisation me semble effectivement le problème des grands centres comme la Jenny ou Montalivet.
    La nudité au bord du bassin est respectée du fait de la surveillance des moniteurs. Cela n’empêche pas un très grand nombre de personnes arrivant habillés et repartant de même. Certains font même de long séjour habillés 10 à 15 minutes, et repartent habillés bien sur.
    Paradoxalement, c’est à la plage cette année que j’ai trouvé un plus grand respect de la nudité (hors ados). Cette plage n’est pas fréquentée par des textiles venant de l’extérieur de la Jenny et venant se mettre habillés au milieu des naturistes. Les gens qui y viennent, c’est en connaissance de cause.
    Tout à fait d’accord quand tu dis un centre de vacances textile doté d’une piscine naturiste. Ce serait donc des centaines de naturistes qui se feraient piéger chaque année, espérant que la situation change enfin et que la publicité mensongère cesse (la Jenny = centre naturiste)
    En ce qui concerne mon attitude, je ne pense pas être extrémiste, mais simplement rappeler au gens le règlement et les faire réfléchir sur la caractéristique naturiste du lieu où ils se trouvent.
    Les moniteurs sont il est vrai la plupart du temps nus, certainement pas à 100%. Les moniteurs pour ados arrivent avec beaucoup d’efforts à faire respecter la nudité autour du bassin
    Ce que je reproche au mini club, c’est de ne pas inciter les petits (-8 ans) à pratiquer des activités (autre que piscine) nus, ces derniers sont toujours habillés.
    La Jenny pourrait être une approche positive pour les nouveaux si la notion du vivre nu était clairement communiquée et c’est là où le bât blesse.
    Je n’irais pas au Cap d’Agde non plus, c’est un autre problème.
    Le lieu lui même de la Jenny me convient parfaitement à moi et ma famille, nous y avons rencontré beaucoup d’estivants très sympathiques.

    Pour finir, quand je vais au supermarché et qu’un produit ne correspond pas à ce j’attendais , je demande à ce qu’il soit remplacé, je ne change pas de supermarché.

    Gilles

  22. Bonjour Gilles, Bonjour à tous,
    Sans vouloir rentrer dans un débat politique, le cas de la Jenny s’explique aussi du fait qu’il s’agit d’une SCI. L’assemblée des propriétaires élit un syndic qui prend les décisions.
    Les conditions de bâtir incluaient la création d’un camping, mais pour une raison inconnue, cela ne s’est pas fait.
    Donc, si la majorité des propriétaires ne considère pas qu’il faut impérativement respecter le naturisme dans l’enceinte de la Jenny, légalement rien ne peut le contraindre.
    Il en aurait été autrement dans le camping où le règlement appliqué est celui du camping et non plus celui d’une SCI.
    Taisy

  23. Prenons simplement enseignement de ces faits, sans chercher à stigmatiser la qualité de séjour globalement perçue à la Jenny : la tranquillité générale, et reconnue, de ces lieux n’empêche pas l’existence d’individus en eux-mêmes violents (ni la mise en cause du désengagement des dirigeants.)

    Cette femme et ses assaillants, complices, se sont opposés à la liberté d’expression (et de manifestation) : par conséquent, ils ne partagent pas les valeurs de notre pays. La liberté d’exprimer ses opinions n’entraîne pas chez leur auteur le mépris de ceux qui ne la partagent pas. Manifestement, ces gens ne comprennent pas dans quel pays on vit ; la société à laquelle ils contribuent est une société égoïste, individualiste, de terreur, où l’on vit replié sur soi et non une société intelligente, ouverte au débat.
    S’ils avaient eu le courage de leurs opinions, au moins auraient-ils pris la peine de laisser un mot ou de contre-manifester, de discuter, mais non, ici, c’est la lâcheté et le mépris qui prédominent. Une personne réellement équilibrée mais qui ne partagerait pas l’idéal naturiste exprimé là, se contenterait de poursuivre son chemin tout en comprenant la démarche légitime des adeptes du vrai naturisme. Ici, la médiocrité du procédé en dit long sur l’irrespect des auteurs.

    Le constat de « violence réciproque » établi par le agents de l’ordre n’est pas le bon, puisque la véritable violence vient avant tout de cette personne (et de ses acolytes), qui n’a pas à venir détruire, qui plus est, à l’insu de son propriétaire, des signes de manifestation tout à fait légaux.
    Agir de la sorte témoigne d’un esprit de refus absolu, d’une absence d’interrogation sur soi et de remise en cause. À quoi l’on pourrait rétorquer que ces panneaux constituent également l’expression d’une autre intolérance : or, outre l’absence d’actes et de paroles violentes, les messages ne visent pas les personnes en elles-mêmes mais leur attitude, dans un lieu bien défini qui idéalement ne s’y prête pas – ce n’est pas la même chose qu’une intolérance sexiste, agiste ou je-ne-sais-quoi, ne nivelons pas tout ! La tolérance, de par sa véritable signification « supporter qqch de déplaisant », et non pas accepter, a en effet des limites. De plus, cette position entre en parfaite légitimité avec la vocation première de la Jenny, laissée à la dérive par des directeurs eux-mêmes indirectement responsables de ce genre de dérives, heureusement minoritaires (malheureusement possibles.) Il eut été intelligent de pouvoir alors recourir à un médiateur avant que cela ne dégénère, encore faudrait-il que le centre en désigne et en forme plutôt que de se contenter des gendarmes, qui ne vont pas en l’absence d’alerte mettre en oeuvre les conditions d’un dialogue.

    J’irais plus loin : puisque le gouvernement français refuse toujours de déclasser le naturisme susceptible d’être perçu par un tiers (donc par un/des non-naturiste/s, hors cadre naturiste) des comportements criminels (le rattachant de ce fait, avec tout le mépris associé, à de l’exhibitionnisme mal intentionné), laisser passer ce genre d’attitudes, qui plus est de la part de « textiles », revient, sinon à fragiliser les conditions de protection des vrais naturistes (en effet, potentiellement criminels si l’on estime que le centre n’est pas ou plus réellement naturiste), en tous cas à autoriser les conditions d’une stigmatisation des naturistes intégraux sous le fallacieux prétexte de leur intolérance – ce qui n’est qu’un retournement grotesque et irrecevable, considérant la situation inique qui règne en-dehors des centres (ou soi-disants) affiliés au naturisme.

    La déresponsabilisation des gendarmes trahit aussi la faiblesse d’un réglement intérieur qui tient davantage de la recommendation voire de l’option, que de la règle. Devant autant irrespect, pourquoi le réglement existerait-il encore ? C’est laisser en suspens la question de la protection morale des naturistes, pas « purs et durs », ni « traditionnalistes », mais tout simplement respectueux de leur éthique. Certes, la plage et la piscine, tout le monde est d’accord : dès qu’il y a de l’eau, cela va de soi. Mais pour moi, le véritable naturisme, ça n’est pas ça : l’à-poilisme, beaucoup s’en contentent, en effet, ça satisfait les familles avec enfants, ceux qui viennnet y « goûter », et pourtant, ça n’est pas du naturisme : celui-ci n’est pas tant une pratique qu’une essence, qu’une façon d’être (et non pas de se montrer.)

    Qui a parlé d’intégrisme ? D’où vient la violence ? Gilles n’a pas fait preuve de haine, seulement de courage : celui d’affirmer son idéal ! Et depuis quand défendre le naturisme total équivaudrait à de l’extrémisme ? C’est là un parallèle bien indigeste, sachant d’où viennent les racines du naturisme, à savoir l’anarchisme, dans une farouche opposition à toute forme de fascisme. Ne confondons donc pas la noirceur de l’extrémisme avec son utopie lumineuse. Gilles a fait ressortir la haine bien cachée des faux naturistes ; si personne, comme lui, ne s’exprime, on peut bien sûr vivre dans l’illusion que « tout-le-monde il est gentil », mais ce n’est pas le cas. Sa rébellion quelque peu musclée en réponse à l’atteinte méprisante de ces personnes contre sa liberté d’expression n’était certes pas souhaitable, mais somme toute inévitable. Cette rage n’a rien à voir avec la sociabilité tranquille et le respect auxquels appelle le naturisme.
    N’invoquons donc pas la liberté comme un principe idiot autorisant n’importe quoi. La liberté, ce n’est pas faire ce que l’on veut et ça n’est pas un principe directeur absolu, sinon on tombe dans la démission de l’engagement personnel et c’est grave ; un naturiste militant a parfaitement le droit au respect.

  24. Prenons simplement enseignement de ces faits, sans chercher à stigmatiser la qualité de séjour globalement perçue à la Jenny : la tranquillité générale, et reconnue, de ces lieux n’empêche pas l’existence d’individus en eux-mêmes violents (ni la mise en cause du désengagement des dirigeants.)

    Cette femme et ses assaillants, complices, se sont opposés à la liberté d’expression (et de manifestation) : par conséquent, ils ne partagent pas les valeurs de notre pays. La liberté d’exprimer ses opinions n’entraîne pas chez leur auteur le mépris de ceux qui ne la partagent pas. Manifestement, ces gens ne comprennent pas dans quel pays on vit ; la société à laquelle ils contribuent est une société égoïste, individualiste, de terreur, où l’on vit replié sur soi et non une société intelligente, ouverte au débat.
    S’ils avaient eu le courage de leurs opinions, au moins auraient-ils pris la peine de laisser un mot ou de contre-manifester, de discuter, mais non, ici, c’est la lâcheté et le mépris qui prédominent. Une personne réellement équilibrée mais qui ne partagerait pas l’idéal naturiste exprimé là, se contenterait de poursuivre son chemin tout en comprenant la démarche légitime des adeptes du vrai naturisme. Ici, la médiocrité du procédé en dit long sur l’irrespect des auteurs.

    Le constat de « violence réciproque » établi par le agents de l’ordre n’est pas le bon, puisque la véritable violence vient avant tout de cette personne (et de ses acolytes), qui n’a pas à venir détruire, qui plus est, à l’insu de son propriétaire, des signes de manifestation tout à fait légaux.
    Agir de la sorte témoigne d’un esprit de refus absolu, d’une absence d’interrogation sur soi et de remise en cause. À quoi l’on pourrait rétorquer que ces panneaux constituent également l’expression d’une autre intolérance : or, outre l’absence d’actes et de paroles violentes, les messages ne visent pas les personnes en elles-mêmes mais leur attitude, dans un lieu bien défini qui idéalement ne s’y prête pas – ce n’est pas la même chose qu’une intolérance sexiste, agiste ou je-ne-sais-quoi, ne nivelons pas tout ! La tolérance, de par sa véritable signification « supporter qqch de déplaisant », et non pas accepter, a en effet des limites. De plus, cette position entre en parfaite légitimité avec la vocation première de la Jenny, laissée à la dérive par des directeurs eux-mêmes indirectement responsables de ce genre de dérives, heureusement minoritaires (malheureusement possibles.) Il eut été intelligent de pouvoir alors recourir à un médiateur avant que cela ne dégénère, encore faudrait-il que le centre en désigne et en forme plutôt que de se contenter des gendarmes, qui ne vont pas en l’absence d’alerte mettre en oeuvre les conditions d’un dialogue.

    J’irais plus loin : puisque le gouvernement français refuse toujours de déclasser le naturisme susceptible d’être perçu par un tiers (donc par un/des non-naturiste/s, hors cadre naturiste) des comportements criminels (le rattachant de ce fait, avec tout le mépris associé, à de l’exhibitionnisme mal intentionné), laisser passer ce genre d’attitudes, qui plus est de la part de « textiles », revient, sinon à fragiliser les conditions de protection des vrais naturistes (en effet, potentiellement criminels si l’on estime que le centre n’est pas ou plus réellement naturiste), en tous cas à autoriser les conditions d’une stigmatisation des naturistes intégraux sous le fallacieux prétexte de leur intolérance – ce qui n’est qu’un retournement grotesque et irrecevable, considérant la situation inique qui règne en-dehors des centres (ou soi-disants) affiliés au naturisme.

    La déresponsabilisation des gendarmes trahit aussi la faiblesse d’un réglement intérieur qui tient davantage de la recommendation voire de l’option, que de la règle. Devant autant irrespect, pourquoi le réglement existerait-il encore ? C’est laisser en suspens la question de la protection morale des naturistes, pas « purs et durs », ni « traditionnalistes », mais tout simplement respectueux de leur éthique. Certes, la plage et la piscine, tout le monde est d’accord : dès qu’il y a de l’eau, cela va de soi. Mais pour moi, le véritable naturisme, ça n’est pas ça : l’à-poilisme, beaucoup s’en contentent, en effet, ça satisfait les familles avec enfants, ceux qui viennnet y « goûter », et pourtant, ça n’est pas du naturisme : celui-ci n’est pas tant une pratique qu’une essence, qu’une façon d’être (et non pas de se montrer.)

    Qui a parlé d’intégrisme ? D’où vient la violence ? Gilles n’a pas fait preuve de haine, seulement de courage : celui d’affirmer son idéal ! Et depuis quand défendre le naturisme total équivaudrait à de l’extrémisme ? C’est là un parallèle bien indigeste, sachant d’où viennent les racines du naturisme, à savoir l’anarchisme, dans une farouche opposition à toute forme de fascisme. Ne confondons donc pas la noirceur de l’extrémisme avec son utopie lumineuse. Gilles a fait ressortir la haine bien cachée des faux naturistes ; si personne, comme lui, ne s’exprime, on peut bien sûr vivre dans l’illusion que « tout-le-monde il est gentil », mais ce n’est pas le cas. Sa rébellion quelque peu musclée en réponse à l’atteinte méprisante de ces personnes contre sa liberté d’expression n’était certes pas souhaitable, mais somme toute inévitable. Cette rage n’a rien à voir avec la sociabilité tranquille et le respect auxquels appelle le naturisme.
    N’invoquons donc pas la liberté comme un principe idiot autorisant n’importe quoi. La liberté, ce n’est pas faire ce que l’on veut et ça n’est pas un principe directeur absolu, sinon on tombe dans la démission de l’engagement personnel et c’est grave. Un naturiste militant a évidemment droit au respect.

  25. je comprends la réaction de Gilles même si je suis foncièrement contre la violence.
    Mais….
    je suis contre le fait de devoir s’habiller el soir pour aller au restaurant (belezy, nous étions les seuls nus)
    je suis contre la présence de textile dans les centres naturistes ‘même si leurs regards nous importent peu
    Je suis contre devoir mettre un shart dans certains magasins internes aux différents centres
    et ce que je ne comprends pas du tout c’est la non nudité des intervenants dans les centres
    Je salue le geste de Gilles qui a été jusqu’au bout de ses convictions

  26. Quelle horreur !
    Le problème vient du fait que des habitations sont VENDUES. Donc avec les risques de revente et d’héritage à des non-naturistes. Impossible de les chasser légalement. Peut-être leur rendre la vie dure. Ce n’est apparemment pas l’objectif du directeur.
    Je suis allé à La Jenny. Je n’ai pas aimé: trop de monde, manque de confiance (seul endoit où les vélos sont attachés)..
    Bravo Gilles, on est de tout coeur avec toi. On te soutient, mais du calme. Il y a des furies dangereuses de l’autre côté.
    Et si j’aime le naturisme, c’est pour la nudité (le corps est beau), mais c’est aussi pour la gentillesse, le calme, la tolérance, etc…
    Bon courage.
    JCL

  27. Pourquoi ne pas instaurer un double tarif dans les centres.
    Un tarif pour les naturistes, et un tarif majoré pour les intrus, pardon, pour les textiles ?
    Pas obligatoire mais ça incite !
    Amitiés naturistes.
    JCL

  28. Bonjour,
    Je tiens tout d’abord à préciser que je ne connais pas La Jenny. Mais pour moi Gilles a eu raison. Ses méthodes peuvent être jugées provocantes et l’on peut regretter que le conflit se soit transformé en pugilat. Mais tout cela ne serait pas arrivé si les responsables du centre avait fait respecter l’éthique naturiste au sein de leur établissement. Quand l’on rentre dans une mosquée, on pose ses chaussures, dans le cas contraire on se fait expulser manu militari, C’est une question de respect. Et en quoi cela serait-il différent dans un centre naturiste ? Moi je respecte le choix des personnes qui souhaitent porter un maillot et je n’irais pas me promener nu sur une plage textile, car mon comportement pourrait les choquer ou porter atteinte à leur croyance et donc leur manquer de respect (sans parler du fait que je pourrais avoir des problémes avec la justice). Je demande donc le même respect pour mon mode de vie et les règles qui le régissent. Pour moi les naturistes doivent accepter tout le monde mais pas n’importe qui !

    Patrice

  29. Moi je dis felicitations. Tu as eu raison
    ce qui est grave c d’en venir aux mains ( je parle de celle qui t a gifflé) alors qu’elle est en tort, ne serait ce que pour le vol et dégradation de pancarte. bravo à toi et garde cette optique. Ne pas ce laisser faire

  30. En 2003, j’étais en vacance avec mon amie dans les landes et le bassin d’arcachon, je lui propose après quelques jours de planter la tente un jour ou deux dans un centre naturiste. Mon amie avait découvert depuis peu le plaisir d’être nue à la plage elle accepte de m’accompagner; Or à l’arrivée les hotesses d’accueil, la personne chargée de nous monter notre emplacement étaient habillées et nous avons croisés une grande majorité de gens en paréos, en short ou avec une serviette autours de la taille; Mon amie et moi même ne sommes réstés qu’une nuit, le seul endroit véritablement naturiste étant la plage, nous avions véritablement l’impression d’être des exhibitionistes en essayant de vivre nus. S’il s’agit d’être nu uniquement pour se baigner pas la peine de se retrouver en village naturiste, cette expérience nous a déçus c’est pourquoi je soutiens votre mouvement de defense du naturisme et de respect de la nudité dans les centres de vacances .

  31. bonjour moi ma réponse serait que soi retirée la carte de naturiste à tout resident qui reste habillé.
    Faire comme le tabac interdit dans les trains : personne s’aventure à fumer dans les restaurents. C est la méme chose pourquoi dans les centres naturistes ne peut-on pas faire la même chose ?
    Retirez la carte et que la personne soit marquée en rouge pour ne pas revenir l’année suivante. Bravo à gilles. Que tout le monde fasse pareil. robert

  32. N’étant jamais allé à la Jenny c’est sans a priori sur cet endroit que je m’exprime.
    J’aimerai inviter les uns et les autres à prendre du recul. L’agression verbale ou physique, ainsi qu’ne réponse de même nature ne me paraissent pas compatibles avec l’éthique naturiste. Cependant je pense qu’il faut envisager les riques inhérent à la cohabitation, même de bonne foi, entre naturistes et textiles. Si la mixité devient la règle, ne risque-t-on pas de voir de nombreux textiles sincèrement tolérants (ou nudistes occasionnels) envahir les espaces naturistes.
    Il me semble inévitable que , tôt ou tard, ces textiles viennent en vacances avec des amis ou proches qui eux ne le seront peut_être pas autant. On peut même craindre, dans les centres où les vacanciers possèdent des mobil-homes ou d’autres installations, qu’ils ne les revendent à des textiles en leur signalant que « certaines personnes  » déambulent nus. Bien sûr, en venant dans un espace naturiste on sait ce que l’on peut y voir (des gens nus) et on achète, ou on ne loue pas sans réfléchir, mais on peut changer de point de vue avec le temps. Ce qui nous paraît acceptable lorsque nous sommes jeunes et sans enfants peut ne plus l’être lorsque ceux ci viennent au monde ou lorsque nos amis ne tolèrent pas la nudité d’autrui.

    Il est alors à craindre que ces « nouveaux arrivants » ne poussent à une interdiction de la nudité dans des espaces jusqu’alors naturistes. Et si ce jour devait advenir, où pratiquerions nous la nudité collective?….

  33. Un peu déroutant tout ce que je viens de lire , mais bon , le fait que chacun puisse amener sa pierre à l’édifice m’invite à en faire de même.J’en termine donc avec tous les commentaires sur cette page , puis je file page d’accueil du site , je clique sur « centre » , on ne sait jamais, j’en saurai peut-être+ sur ce fameux centre..Bonne pioche, je tombe sur un article d’un dénommé « l’archer Serge » qui travaillait dans ce centre apparemment, et qui n’est pas tendre avec les méthodes employées pas la direction (à juste titre , si cela s’avère réel). On y lit donc que des étrons flottent dans la piscine , que des vieux pervers se font prendre en flagrant délit de tirer des photos de mômes et que par la suite , il ne sera nullement inquiété en repartant avec un appareil photo bien rempli ( je précise au cas où qu’un numérique avec une carte 2 GO peut stocker jusqu’à 2000 photos en haute résolution et 16 à 18000 en basse, le tout sur une surface de 6 cm²) J’ai peut-être résumé un peu large, mais je ne comprend pas qu’un tel centre puisse encore faire partie d’un quelconque classement au sein d’associations naturistes ou autre…..

  34. Je suis outré par le comportement INADMISSIBLE de cette personne 100% textile.
    Et encore plus outré par la NON REACTION de la Direction du centre qui aurait dû la virer du centre pour non respect du règlement.
    D’ailleurs si on est voyeur ou exhibitionniste on se fait virer aussi sec je parie! Alors pourquoi pas virer ces textiles violents!!!

    Là c’est le monde à l’envers GRRRRR

  35. Bonjour, je ne suis jamais allé à la jenny, et vu ces propos, n’irais jamais. Il aurait été du devoir de la direction des mettre les textiles dehors, quitte à effectué le remboursement de la location.

    J’ai eu le cas mais sans violence aucune dans un centre. Une jeune fille avec maillot était présente en bordure de piscine. Je suis aller voir la direction pour faire demander à cette personne de soit enlever le maillot soit d’évacuer la zone piscine qui est, normalement, 100% nat. Il m’a été répondu que je devais être tolérant.
    Jusqu’au moment ou la JF a voulu aller se tremper dans l’eau. Cela a été trop pour moi et suis aller lui en faire la remarque. La JF a tomber le maillot. Tout le monde autour était d’accord avec moi, mais personne n’a rien dit. De plus, au niveau hygiène c’est pas la joie. Le maillot étant porté toute la journée, assise sur l’herbe ou le sable et ramenant cela jusqu’à la piscine.

  36. Effectivement, le sujet rest d’actualité : nous avons passé l’été à La Jenny. La dérive est de plus en plus évidente : même les maitres nageurs en ont marre. Un certain nombre de propriétaires se considèrent chez eux et ne respectent en rien le naturisme, roulent comme des malades en voiture…
    G. n’en a rien à battre : il a fait fortune en revendant ses chalets, parade dans sa mercedes cabriolet et va sans doute revendre sous peu.
    Alors que faire ? 2 solutions : se tirer et aller dans des endroits plus sains ou alors organiser la résistance : que seuls les vrais naturistes y aillent l’an prochain (réservons tôt) et emmerdons autant que possible les tordus qui ne nous respectent pas8888 [addsig]

  37. Cher Gilles je viens de lire le récit de cette édifiante histoire, hélas caractéristique de la dérive de La Jenny…
    Je parle en connaissance de cause puisque j’y ai travaillé plusieurs saisons et j’y ai vu votre vélo-panneau qui faisait dèjà parler de lui!

    Il y a plusieurs points que vous n’avez pas ou peu abordé:

    1) Franck Petit n’est pas et n’a jamais été naturiste, (il se fout donc des problemes de culs nus!) par exemple la piscine a fui plusieurs centaines de metres cubes/ jour pendant plus de 3 ans avant d’etre refaite (peu en adequation avec le coté respectueux de la nature non?)

    2) La Jenny n’est plus un lieu naturiste mais « optionnal clothes », ou l’on peut eventuellement se mettre nu… et encore, la tendance cap d’agde se profile à l’horizon.

    3) Ayant travaillé comme saisonnier au village j’y ai été témoin d’actes graves qui m’ont choqué et que j’ai du passer sous silence afin de garder mon emploi saisonnier: des agressions sexuelles sur de jeunes touristes allemandes, ont eu lieu au sein meme du village, (la nuit près de la disco) ces actes ont été etouffés par la direction (en echange d’un arrangement financier) pour éviter tout scandale qui pourrait nuire à la réputation du village!
    Ces actes ont été commis par des fils de propriétaires (bien connus et pas en bien!) qui ont profité de la passivité des dirigeants… pour faire nimporte quoi!

    4) Un voyeur (armé d’un appareil photo) a été interpellé par la secu alors que j’y travaillais: il a été relaché à l’exterieur du village, son appareil lui a été rendu (photos effacées! quand meme!) et n’a pas été remis à la gendarmerie (pour éviter tout scandale qui porterait atteinte…. etc…) alors qu’une perquisition à son domicile aurait été à mon avis fort interessante!

    5) Pour info: la fille de P. G. est morte d’une overdose (contrairement à ce qui a été dit) à l’époque ou la dune de La Jenny etait un repère pour les héroinomanes qui abandonnaient leurs seringues dans le sable, par ailleurs Samuel son fils a vendu du cannabis aux touristes du village durant plusieurs étés. (affaire étouffée pour ne pas nuire à la réputation… etc…)

    Alors, en conclusion, ne vous etonnez pas si la défense du mode de vie et de l’esprit naturiste n’est pas la priorité de M. G., tout ce qui les interesse lui et Franck est la rentabilité du village (et le prix des logements) quitte à ce que le village devienne textile, ou echangiste!!!

    A la lumière de ces infos je ne peux que conseiller aux familles naturistes de choisir d’autres lieux de vacances… moins cotières et plus saines…
    A bon entendeur… :=!

  38. Pour completer le precedent message sachez que si les anim sont nus c’est parcequ’ils y sont forcés par la direction!

    Et je confirme les propos de serge l’archer (qui a travaillé comme anim sportif a la jenny) oui il y a eu des etrons dans la piscine qui a fui pendant des années avant d’etre réparée (jusqu’à ce que les fuites coutent plus cher que la reparation en fait!)

    J’y ai vu de mes yeux des agressions sexuelles etouffées par la direction pour éviter la mauvaise pub! Par exemple j’ai vu Camille Cassou (pour ne pas le nommer) poser son penis sur la tete d’une jeune allemande (en s’avancant par derriere alors qu’elle etait assise) et tout ceci semble etre « naturiste » pour tout le monde!!! Aucune sanction n’a été prise!

    La proliferation des textiles n’est pas le plus grave c’est surtout la proliferation des comportements obscenes qui me semble innacceptable… comme des echanges innapropriés dans le sauna de la salle de gym…

    Une de mes amies a meme été agressée dans les dunes par un pervers qui lui a fait des avances explicites alors qu’elle etait encore mineure! ne vous etonnez pas si les ados ne veulent pas se mettre nues ca se comprend vu que les pervers ont tous les droits dans le village du moment qu’ils sont propriétaires (ou fils de propriétaires)

    J’ai vu aussi F. Petit laisser repartir un photographe mateur avec son appareil plein de photos volées sans autre forme de procès!!! tout ceci pour eviter la mauvaise pub au village qui mettrait en danger l’entretien du coupé mercedes de M. G. et le carburant du 4×4 de F. Petit dont il ne peut se séparer meme en été!

    Et encore, je ne relate ici que les faits dont j’ai été moi meme temoin et pas ceux que j’ai entendus…

    Alors parents n’allez pas à La Jenny si vous ne voulez pas voir des photos de vos enfants sur le net ou dans les reseaux pedo-pornographiques (qui ne derangent pas la direction du village omnibulée par le profit)

    Et si vous tenez quand meme à les mettre en danger ne les laissez jamais seuls deambuler dans le village… par pitié!!!

    Un ancien employé degouté de ce qu’il a vu….

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go