24 octobre 2020

Quand la nudité était sans-gêne

Au commencement était la nudité, dans le jardin d’Eden. Ce n’est que bien plus tard, au XVIIe siècle, que la gêne fait son apparition. Jusqu’à la pudibonderie outrancière du XIXe siècle. Avec retour à la case départ sur les plages actuelles !

Par Liliane Crété

 Dans la Bible, le thème du vêtir et du dévêtir est très important. Le vêtement a une signification sociale ou religieuse, déterminant la fonction, le statut ou le sexe de celui qui le porte. Il peut également souligner la beauté, le bien-être, la puissance, la connaissance, la pudeur ou, au contraire, le mal-être, la pénitence, le deuil, la honte. Dès la Genèse, le thème de la nudité et du vêtir apparaît : Adam et Eve au jardin d’Eden se mouvaient nus « mais ils n’en n’avaient pas honte ». Seulement, la femme, tentée par le serpent, brave l’interdit divin : elle mange du fruit de l’arbre de la science du bien et du mal afin de devenir semblable à Dieu et en donne à l’homme. Alors, « leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils surent qu’ils étaient nus. Ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures », et lorsque l’homme entendit la voix de Dieu qui l’appelait, il se cacha parce qu’il était nu. A cause de ce récit, la nudité, pour les auteurs chrétiens, est liée à l’impudicité et la femme est à jamais stigmatisée comme pécheresse. Mais on peut avoir une autre lecture : Dieu vêt l’humanité. C’est le premier signe de sa sollicitude pour Adam et Eve : « Elohim fit pour l’homme et pour la femme des tuniques de peau et les en revêtit », lit-on dans la Genèse. On s’aperçoit que ce geste touchant montre l’anthropomorphisme du Créateur qui demeure proche de sa créature désobéissante.

Seulement, les pères de l’Eglise lient le péché originel à l’acte sexuel, confondant la pudeur et la honte et assimilant la nudité à l’absence de vertu, d’où le nom de « parties honteuses » que nos ancêtres ont donné aux organes sexuels. A partir de l’an mil, le nu sert à symboliser la déchéance d’un corps séparé des aspirations spirituelles de la personne humaine. Monuments, sculptures et peintures abondent en femmes et en hommes nus dont les organes sexuels sont dévorés par des serpents, des griffons, des scorpions. En opposition, est présenté le corps paré de gloire des élus.

Il n’empêche que, jusqu’au XVIe siècle, dans les villes d’Europe, hommes, femmes et enfants se rendent nus par les ruelles aux maisons de bain car la nudité est vue plus comme un signe de pauvreté que de lubricité. Aussi bien la pensée utopique d’une égalité humaine se cristallise-t-elle autour de la nudité. Ainsi Thomas More prône dans son Utopie , une séance d’examen « à l’état de nudité complète » de la jeune fille et du jeune homme avant le mariage. Erasme, lui, conseille aux garçons de se dénuder avec décence, « quand même il n’y aurait aucun témoin » car « il n’y a pas d’endroit où ne soient les anges ». Avec la Réforme, même si Calvin refuse de lier la faute originelle à l’acte sexuel, et la Contre-Réforme, le discours antinudité se renforce.

Au temps des Lumières, le mythe du bon sauvage redonne de l’éclat à la nudité qui devient, sous la plume des philosophes, symbole du bonheur et de l’innocence retrouvée. Jean-Jacques Rousseau, dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, écrit, en parlant de l’homme primitif : « Je le vois se rassasiant sous un chêne, se désaltérant au premier ruisseau, trouvant son lit au pied du même arbre qui lui a fourni son repas, et voilà ses besoins satisfaits. » Retour au paradis perdu, ou plutôt à l’utopie d’une solitude aimable où régnerait la pureté de l’innocence, où l’homme vivrait nu comme au jour de sa naissance en parfaite harmonie avec l’univers.


historienne de la Réforme

http://www.historia.presse.fr/data/mag/656/65605001.html

Une réflexion sur « Quand la nudité était sans-gêne »

  1. Bonjour,
    L’interpretation catholique standard de la bible est passablement éloignée de son sens original, connu seulement d’une élite studieuse et étudiant les nuances du texte dans sa langue d’origine.
    Si vous voulez lire sur le sujet de la nudité un peu dans les sources originales, sans passer 15 ans à étudier l’hébreu biblique, je vous conseille ce lien en français :
    http://www.dtext.com/raphael-cohen/chercher.cgi?exp=nudit%E9&tous=oui

    Amities,
    Dekan

Laisser un commentaire

Site du portail naturiste francophone   :  VivreNu.com     Naturisme France  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  Projet La sabliere    ovh 250go